Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 22:09

 Le coeurcousu     Gallimard. Février 2007. Folio. Mars 2009.

 

 Coup de coeur.

Un conte fantastique, envoûtant, merveilleux, dramatique, violent, paré de mille couleurs, éclatant de poésie.

Une succession de personnages incroyables, baroques, dotés de pouvoirs surnaturels dont les destins tracent une épopée à travers l’Espagne d’un autre temps.

Un style unique, puissant, poétique, sensuel, empreint d’une grande force d’évocation.

Un livre envoûtant, magique.

 

Extrait:

Je suis ce dernier vers, cette main rouge, enluminée de henné, qui mit fin à notre course folle, je suis celle qui obligea ma mère à se coucher. Je suis le bout du voyage. Je suis l'ancre et je ne peux qu'écrire pour que meure l'histoire qui nous berce et nous mure et fait de nous des êtres différents, intraduisibles et étranges à tous.

(           )

L'homme se soumit au tranquille pouvoir de la main et du fil. Il regarda le visage de celle qui reprisait son être effiloché. Le fil s'enfonçait toujours plus profondément dans l'épaisseur du tissu. 
Mais il ne s'agissait plus d'étoffe, l'aiguille fouillait plus loin. La pointe chatouilla le petit garçon endormi, elle retrouva son ombre cachée au pied d'un olivier et les ligota solidement l'un à l'autre. Frasquita mit bord à bord désir et volonté et recousit le tout. Puis elle fit un noeud au bout du fil et coupa d'un coup de dent ce pont qu'elle avait jeté entre elle et l'homme qui la regardait. Il se sentit soudain orphelin.

 

Une belle histoire de livre:

Carole Martinez (1966) consacre un congé parental à l’écriture de son roman et envoie le manuscrit inachevé chez Gallimard. «Vous êtes une merveilleuse conteuse. Ecrivez la suite.»

Le roman passe tout d’abord inaperçu, puis les lecteurs et les libraires l’ont plébiscité. Il a reçu 9 prix en 2007.

Prix Prince Pierre de Monaco

Prix Renaudot des lycéens

Prix Ouest France (Saint Malo). Etonnants voyageurs.

Prix Emmanuel Roblès des lecteurs (Blois)

Prix Ulysse du premier roman.

Prix du Premier Roman de Draveil

Bourse de la Découverte de la fondation Prince Pierre de Monaco.

Bourse Thylde Monnier

Coup de coeur des lycéens de Monaco

Prix luciole des lycéens

Sélection de la liste des livres d’été de l’Académie Goncourt.


CaroleMartinezUne belle histoire de famille

Elle désire écrire quelque chose  entre le conte et le roman. Sa grand-mère lui contait des histoires effrayantes et merveilleuses, nourries de vieilles superstitions et de légendes. «Elle avait une dimension de conteuse extraordinaire, elle repoussait les murs , raconte sa petite-fille. L'écriture ne lui était pas accessible, elle appartenait à une classe sociale qui n'y a pas droit, mais ses histoires étaient vraiment merveilleuses, pleines de mysticisme et de fantastique.» L’héroïne du roman, la femme trahie par son mari pour une histoire de coq était son arrière-arrière-grand-mère. Cette légende familiale a marqué son enfance : «Une nuit, des voisines sont venues l'avertir que son mari l'avait jouée. Alors, pour ne pas payer la dette, elle a fui jusqu'en Algérie. Je la trouvais admirable mais je la voyais comme une victime ». «Je voulais qu'elle soit davantage responsable de sa propre vie. "Le Coeur cousu est un roman des origines: je n'avais plus qu'à pousser la porte de mon bureau et tout cet univers était là.»

 
Rien n'a jamais été écrit dans la famille. Avant ma grand-mère Nini, c'était même le désert : pas de photos, pas de textes, rien que quelques documents officiels conservés avec soin. Mais ce vide n'était pas silencieux bien au contraire, il débordait de possibles, de personnages mythiques qui semblaient venir d'avant l'invention de l'écriture, alors qu'à peine trois ou quatre générations nous séparaient. Frasquita Carasco, mon héroïne, est arrivée jusqu'à moi portée par des murmures de femmes. Racontée, déformée, sublimée par des analphabètes, Frasquita, mon aïeule, a été pétrie de voix humaines. Et c'est dans l'écriture que sont nés ses enfants. J'ai rempli les blancs. Je savais que cette femme avait fui son village du sud de l'Espagne après avoir été jouée au jeu par son mari, mais à quel jeu? Ça, on l'ignorait. Ma grand-mère me disait : "Mais comment veux-tu qu'elle l'ait su ? Puisqu'elle n'a pas attendu le retour de son mari pour se sauver avec ses enfants dans la charrette à bras. Ce sont les voisines qui l'avaient prévenue". J'ai inventé, rempli les trous, joué avec ce personnage trop grand pour moi, fort de tout ce qu'il avait traversé, la mer, les sables, le temps, et tout cela sans savoir ni lire ni écrire. Tout cela par la force de la tradition orale.

 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 22:05

Firmin Autobiographie     Actes Sud. Mai 2009.

 

   Firmin est un rat, né dans une librairie à Boston dans les années 60. Il grignote les livres, découvre qu'il sait lire, cesse de les dévorer au propre pour les dévorer au figuré. Petit rat cultivé, isolé, incompris, mal aimé, il acquiert la connaissance, mais cela ne l'aide pas à atteindre son but, c'est à dire communiquer avec les humains.

Les trois personnages principaux, dont la vie tourne autour des livres , ne sont pas épargnés: Firmin est rejeté par sa famille et la voit peu à peu décimée; le libraire est contraint de vendre ses livres et sa librairie; l'écrivain s'oublie dans l'alcool... La solitude les accompagne tous. 

Conte moderne, allégorie du lecteur... un petit livre à déguster au premier degré, à réfléchir au second degré. 

 

Incipit

J'avais toujours imaginé que si, d'aventure, j'écrivais un jour l'histoire de ma vie, la première phrase en serait saisissante: quelque chose de lyrique à la Nabokov, "Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins" ou de radical à la Tolstoï au cas où le lyrisme me ferait ferait défaut, "les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon". Les gens se rappellent ces mots même quand ils ont tout oublié du livre qui va avec. Mais à mon avis, en matière d'amorce, on a jamais surpassé celle du Bon soldat de Ford Madox Ford: "Voici l'histoire la plus triste qu'il m'ait été donnée d'entendre" J'ai beau l'avoir lue des dizaines de foi, j'en reste encore comme deux ronds de flan. Ford Madox Ford, lui c'était un Grand.

Extraits (de mastication) 

Ingurgité au quotidien-, et dans mon cas, la consommation était quasi continue si l'on compte le léchage des babines pour me débarrasser de l'arrière - goût poisseux - le mets le plus délicat finit par écoeurer. J'ai honte de le dire mais avec le temps, le Grand livre glissait inéluctablement vers le degré insipide de la gamme des saveurs. Je lui trouvais de moins en moins de goût, il devenait ennuyeux, à peine meilleur que du carton, en fait. Il me fallait changer de régime. Et puis je m'étais lassé des passages à tabac réguliers.

(        )

Dans les premiers temps, mon appétit était primitif, orgiaque, imprécis, goinfre - une bouchée de Faulkner, ou une bouchée de Flaubert, je ne faisais pas la différence - , mais il ne m'a pas fallu longtemps pour discerner quelques nuances. J'ai tout d'abord remarqué  que chaque livre avait un goût propre - sucré, aigre, amer, aigre-doux, rance, salé, acide. (       )

 

 

 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 22:03

Le miroir de Cassandre   Albin Michel. Janvier 2010

 

   On aime Bernard Werber pour l'imagination, la réflexion. Dans son dernier roman, il met en scène une jeune fille Cassandre, prédestinée et programmée à lire l'avenir.

"Et vous, que feriez-vous si vous pouviez voir le futur et que personne ne vous croie?" (4ème de couverture). 

Cassandre est aidée dans sa lutte contre les poseurs de bombe par 4 SDF, une montre qui lui indique la probabilité de mourir dans les 5 secondes et l'antique Cassandre de Troie. De plus, connaître le futur lui donne une lourde responsabilité sur les générations futures. Une personne peut-elle changer le cours des choses? Comment le monde va-t-il évoluer? Construisons " l'Arbre des possibles"

Thèmes de réflexion sur la surpopulation, l'écologie, la société de consommation.

Mais 632 pages, c'est trop long, beaucoup trop long!


Voir mon billet sur une rencontre littéraire: Bernard Werber

 

 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 23:11

  Le verdict de plombSeuil. Policiers. Mai 2009

 
   Policier. L'avocat Mickey Haller hérite du cabinet de son collègue J. Vincent , mort assassiné. Il assure, en toute urgence, la défense d'un magnat du cinéma, accusé de meurtre. 
Un policier, un  excellent Connelly à dévorer.


Incipit
Tout le monde ment.
Les flics. Les avocats. Les témoins. Les victimes.
Le procès n'est que concours de mensonges. Et dans la salle d'audience, tout le monde le sait.
Le juge. Les membres du jury, même eux. Tous, ils viennent au prétoire en sachant qu'on va leur mentir. Tous, ils prennent place dans le box et sont d'accord pour qu'on leur mente.
L'astuce, quand on s'installe à la table de la défense, est de se montrer patient. D'attendre. Pas n'importe quel mensonge, non. Seulement celui dont on va s'emparer et, tel le fer porté au rouge, transformer en une lame acérée. Celle dont on va pouvoir se servir pour d'un grand coup éventrer l'affaire et lui répandre les boyaux par terre.
Mon boulot, c'est de forger cette lame. De l'aiguiser. Et de m'en servir sans pitié ni conscience. D'être enfin la vérité en un lieu où tout n'est que mensonges.


Repost 0
Published by pichenette - dans Lectures
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 21:56
Un roman français-copie-1   (de l'Académie des Lettres Pyrénéennes) 
                                                                               Grasset. Août 2009

                                                                               Prix Renaudot 2009

 Le prétexte du livre: en janvier 2008, Frédéric Beigbeder est interpellé par la police pour usage de stupéfiants sur la voie publique et délit de fuite. Sa garde à vue provoque une réflexion et une plongée dans ses souvenirs.
 

Je m'étais dit que je ne lirais plus Beigbeder. Enervée par son personnage public, superficiel, et par la suffisance de son écriture. Même s'il possède un réel talent pour sentir son époque et des formules qui font mouche.
Je suis donc partie à la découverte de son
Roman français avec un à-priori défavorable.
Finalement:
- J'ai aimé sa façon de décrire son enfance et d'intercaler les souvenirs et leur interprétation par l'homme adulte. 
- Le Beigbeder qui critique le monde judiciaire ne m'a pas convaincue: il est sans aucun doute en colère, découvre un monde humiliant et révoltant mais trop de nombrilisme ne favorise pas la compassion.
- Pour quelqu'un qui n'a pas de souvenirs, il en raconte beaucoup!  Encore trop de tics "beigbedereux".
- Au final, une certaine profondeur apparaît, dimension qui lui manquait totalement, qui l'intimidait sans doute...
Une lecture agréable, d'autant plus qu'inattendue! 


Extraits
Prologue:
Je suis plus vieux que mon arrière-grand-père. Lors de la deuxième bataille de Champagne, le Capitaine Thibaud de Chasteigner avait 37 ans quand il est tombé, le 25 septembre 1915 à 9H15 du matin entre la vallée de la Suippe et la lisière de la forêt d'Argonne. J'ai dû harceler ma mère de questions pour en savoir plus; le héros de la famille est un soldat inconnu.

1. Les ailes coupées
Je venais d'apprendre que mon frère était promu chevalier de la Légion d'honneur, quand ma garde à vue commença.

10. Avec famille
J'ai rêvé d'être un électron libre mais on ne peut pas se couper éternellement de ses racines. Retrouver cet enfant sur la plage de Guéthary, c'est accepter de venir de quelque part, d'un jardin, d'un parc enchanté, d'une prairie qui sent l'herbe fraîchement tondue et le vent salé, d'une cuisine au goût de compote de pommes et de pain rassis.

 


Repost 0
Published by pichenette - dans Lectures
commenter cet article
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 11:40

       Le roman de l'été    P.O.L. Août 2009

John Bennet a 55 ans, , profite de son héritage pour s'installer dans la maison de vacances. Il veut écrire un livre, peine, rencontre les "locaux", reçoit sa fille et ses amis en vacances. Son voisin voudrait percer une fenêtre dans la façade de sa maison pour voir la mer, vit mal l'interdiction.  

   Moins prétentieux que ses précédents romans que je trouvais encensés à la hauteur de la photogénie de l'auteur.
Les destins croisés, les points de vue différents , la description des rapports sociaux, l'esprit désabusé, tout cela forme une chronique douce-amère intéressante , bien vue et agréable à lire.
Il manque juste un petit quelque chose: les personnages se cotoyent sans créer de véritables liens, trop de pistes intéressantes partent dans tous les sens et n'aboutissent pas. 
Un auteur à lire.

Extraits
Il laissa le téléphone sur la table et se servit une nouvelle tasse  de thé froid trop infusé. Pourquoi un type aussi intelligent que lui, aussi critique que lui sur les choses, ne pondait à l'écrit que d'assommantes évidences? Pourquoi n'était-ce pas plus simple d'écrire aussi habilement que l'on réfléchissait?

"C'est ça, le secret de l'équilibre du monde. C'est ça, la formule originelle de la création: la parfaite imperfection des choses. L'équilibre parfaitement déséquilibré. L'évidence contrariée. Rien n'est simple, rien n'est juste, rien n'est logique jusqu'au bout. Tout est infiniment nuancé, complexe et subtil. Les plus sensibles ne font pas nécessairement des artistes, les persévérants ne sont pas forcément récompensés, l'argent ne fait pas le bonheur, la beauté ne fait pas toujours le charme, (.........)".

Il ne laissa rien deviner non plus de son agacement à la perspective d'héberger une personne de plus à la maison à partir de vendredi. Que sa fille vienne passer des vacances avec des copains, il fallait reconnaître qu'il en aimait surtout le principe. Les draps propres à aller chercher dans les armoires, les courses à faire pour tout le monde, les vêtements qui traînent dans la cuisine, les serviettes humides en boule sur les chaises, le sable dans la maison, la salle de bains toujours occupée, les odeurs de clope dans les chambres, les horaires pas possibles, les CD pas remis dans leurs boîtiers, les téléphones portables qu'on n'éteint pas pendant le déjeuner, les tables mal débarrassées et les vaisselles pas faites, ça, il détestait.
Mais ce qu'il détestait peut-être davantage, c'était la jeunesse en soi de ces jeunes, l'innocence insolente avec laquelle ils affichaient leur jeunesse.


 

Repost 0
Published by pichenette - dans Lectures
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 14:25

L délicatesse      Gallimard. Octobre 2009.

 

 

       Coup de coeur.  Un roman sur le deuil de Nathalie et son retour vers le bonheur. Il y a de jolis passages, de jolies formules. C'est tendre, léger, ironique, grave, sensible. Un petit caillou blanc à déposer sur le chemin d'un lecteur et un jeune auteur à suivre.

 


 

"Poulidor"!

Foenkinos a été sur la liste de tous les prix en 2009. L'expression "Poulidor" des prix est de lui.

1ère sélection 2009: prix Fémina, prix Médicis, prix Goncourt.

2ème sélection 2009: prix Interallié, prix Renaudot.

2ème au prix des Etudiants et des Lecteurs des Ecrivains du Sud.

Dernière ligne droite pour le Goncourt de lycéens

2ème de sa présélection au grand prix des lectrices de Elle

 

En 2010 , Foenkinos a reçu finalement 10 prix littéraires: voir le détail:  Foenkinos. La délicatesse. Film.

Voir mon billet: Prix des Etudiants et des Lecteurs des Ecrivains du Sud


Extraits

Il lui demanda ce qu'elle voulait boire. Son choix serait déterminant. Il pensa: si elle commande un déca, je me lève, et je m'en vais. On n'avait pas le droit de boire un déca à ce genre de rendez-vous. C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. a peine rencontrés et déjà s'installe une sorte de cocon un peu mou. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Oui, le thé c'est incontestablement une ambiance de belle-famille. Alors quoi?

(     )

Elle les embrassa et les remercia. Elle était soulagée d'être seule. D'autres n'auraient pas supporté la solitude à ce moment-là. Nathalie en avait rêvé. Et pourtant, la situation ajoutait l'insoutenable à l'insoutenable. Elle avançait dans leur salon et tout était là. A l'identique. Rien n'avait bougé. La couverture toujours sur le canapé. La théière aussi sur la table basse, avec le livre qu'elle était en train de lire. Et fut saisie tout particulièrement par la vision du marque-page. Le livre était ainsi coupé en deux; la première partie avait été lue du vivant de François. Et à la page 321, il était mort. Que fallait-il faire? Peut-on poursuivre la lecture d'un livre interrompu par la mort de son mari?

(     )

Tandis qu'il marchait vers son domicile, des images de son enfance suédoise lui revinrent. Ce fut assez rapide. Les enfances en Suède ressemblent à des vieillesses en Suisse. Mais tout de même, il repensa à ces moments où il s'asseyait, tout au fond de la classe, juste pour contempler le dos des filles. Pendant des années, il avait admiré les nuques de Kristina, Pernilla, Joana, et de tant d'autres filles en A, sans jamais pouvoir effleurer une autre lettre. (     )


Florilège de l'Entretien avec Foenkinos du 10 décembre 2009 aux Ecrivains du Sud.  

C'est un livre sur le deuil du bonheur puis la reconstruction du bonheur. Des choses graves avec des météorites de fantaisie. Et puis plein de petites choses comme mon Panthéon de livres: Woody Allen,... On apprend aussi qui a inventé la moquette ou le nombre de Krispolls en 2002! Si je choisis un passage triste, je botte en touche et finis toujours dans l'humoristique.

Il y a des changements de rythme. Au début, c'est la parodie du bonheur. Il se casse, le rythme se casse. Lors de l'excitation du bonheur, le rythme est rapide. Le corps décide du moment de la fin du malheur.

Trio ou quatuor? Ah! oui! Un matin: - Je vais m'en prendre à une entreprise suédoise, pays étrange, entre Ikéa et Bergman. Avec le taux de suicide le plus élevé au monde... et puis, au final, trois personnes.

Le Suédois (Markus) possède une qualité: le don du bon moment. Par ailleurs, il est aussi discret qu'un point virgule dans un roman de 100 pages. Et j'adorerais lire son histoire dans un roman.

Nathalie vit la complexité du deuil: elle devient le centre du monde alors que son monde n'existe plus. Le roman dans le roman: est-ce qu'on peut continuer à lire un livre interrompu par la mort? Elle pense aussi à l'enfant qu'elle n'aura jamais avec François et au destin qu'il aurait eu. Idem pour John Lennon: qu'aurait-il composé?

Le patron de Nathalie? C'est un jeu d'amour. Je me sens proche de lui, enfin moi à l'adolescence!

J'ai encore envie de développer ce livre. C'est la première fois à la fin d'un livre que je ne peux pas m'en détacher. Et je tiens à mettre mon nom au bas de la liste des écrivains qui ont fait une mauvaise adaptation, un mauvais film. J'ai déjà appris en travaillant avec des réalisateurs sur des films ... qui ne se sont pas faits! J'envisage une adaptation cinématographique.

Créer est une forme de séduction, le jeu avec le lecteur est une connivence. Ce que j'aime: raconter des histoires! Ecrire un roman, c'est travailler le texte. Le sujet ou l'histoire impose le style. Exemple: une histoire d'agence matrimoniale ne peut pas être développée dans un roman, mais au théâtre.

A bientôt sur les écrans!



Informations ultérieures:

Janvier 2011: le film est en préparation!  Foenkinos. La délicatesse. Film.

Août 2011: 10 réimpressions. Tirage: 560000 exemplaires. En-tête des meilleures ventes toutes catégories. (Source Livres Hebdo)

Août 2011: un nouveau livre:  David FoenKinos. Les souvenirs

Novembre 2011: La délicatesse. Film en avant-première

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 21:44

Le jour où Nina Simone ... Actes Sud. Janvier 2008 

   Très beau titre.
L'histoire réelle de Darina (1968) est dure, passionnante, car elle est libanaise et sa vie concentre tous les événements de son pays en guerre civile. Elle est devenue une actrice belle, ardente, surtout libre.
Vérité, violence, idéologie, rêve, haine, folie, peur, sexe, drogue, refus des règles sociales et des convenances religieuses, vengeance, tout cela se retrouve dans sa passionnante confession.
L' écriture distanciée de l'écrivain algérien M Kacimi n'explique cependant pas les bouleversements politiques et donc familiaux de la vie de la belle actrice et ni son tempérament de feu.

Incipit
-Arrêtez ce Coran de malheur!
Je ne sais pourquoi j'ai crié. Mais je devais crier pour ne pas trahir la promesse faite à mon père: ne laisser personne lire le Coran à son enterrement.

 

Révélation à Avignon en 2007

 

 

 

 link

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 21:42

Le Japon n'existe pas Editions Métaillé. Mai 200
                                                                            Prix Las Dos Orillas


   Un balayeur à l'aéroport bavarde avec ses collègues, avec les voyageurs auxquels il donne des conseils ou raconte des histoires incroyables. Certaines sont vraiment extravagantes, d'autres philosophiques. C'est joli, attachant, ironique sans méchanceté. Cette fable intelligente se déguste le sourire aux lèvres. Plaisir de lire jusqu'à l'excellente chute.
Seul bémol, le parti pris du soliloque s'avère un peu lassant à la longue, car il implique certaines longueurs dans l'introduction des différentes rencontres.


Extrait
...Tokyo? Oh, ce n'est pas le meilleur choix avec tous les endroits qu'il y a à voir dans le monde, vous auriez pu en choisir un autre... si vous avez le temps de changer de billet? Non, bien sûr, l'avion est sur le point de décoller... enfin, façon de parler...
(         )
Réfléchissez un peu. Vous ne trouvez pas que c'est un pays où tout est fait pour décourager le tourisme? J'imagine ceux qui l'ont inventé...
-
D'abord, un sport national...
- Deux obèses en string qui se frappent en se poussant, ce serait drôle, non?
- Et la nourriture, qu'est-ce qu'on pourrait trouver de pire? 
- Du poisson cru, ça paraît répugnant... 
- Oui, ... et avec des baguettes, ha! ha! , pour qu'ils n'arrivent pas à le saisir...
- En plus, ils vont s'asseoir par terre et se bousiller les reins...
- et la langue?
- Quasi impossible à apprendre...
- Avec deux alphabets... ha! ha!
- Non, non, trois... 
Imaginez la rigolade...
(           )
Alors peu importe que vous le sachiez avant ou après: le Japon n'existe pas.
Je sais que ça paraît bizarre. Ne me regardez pas comme ça. Le Japon n'est qu'une façade. Une opération de marketing comme une autre. On l'a inventé pour vendre de la technologie. Et ça a marché.
Made in Japan est aujourd'hui le meilleur label pour vendre une voiture ou un téléviseur.


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 22:12

La maison du retourEditeur : Nil. 15/2/2007


 

 

 Coup de coeur

 
Jean Paul Kauffmann est journaliste, écrivain et ex-otage au Liban.
20 ans après sa libération, il raconte avec une
 grande délicatesse les quelques mois qui ont marqué son retour à la vie, la recherche de sa maison dans les Landes et sa rénovation, ses rencontres, ses émotions. Il donne envie d'apprécier la nature, le vin, le calme.
Lumineux. Ecriture simple, raffinée, précise. Un grand plaisir, plaisir sans précipitation tellement les pages filent régulièrement et avec douceur.


  

 

 Primé:  La Maison du retour a reçu le prix Maurice Genevoix 2007.

En 2002, Jean-Paul Kauffmann reçoit le Prix de littérature Paul Morand remis par l'Académie française.

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!