Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 19:47

Parle-leur-de-batailles...-Mathias-Enard1-154x300 Actes Sud, Août 2010

   Prix Goncourt des lycéens 2010

Un vrai succès de librairie, vendu à ce jour à 135 000 exemplaires.


Puisque ce sont des enfants, parle-leur de batailles, de rois, de chevaux, de diables, d'éléphants et d'anges, mais n'omets pas de leur parler d'amour et de choses semblables.

La citation initiale appartient à Kipling, dans l'introduction d'Au hasard de la vie.


Trois balles de fourrures de zibeline et de martre, cent douze panni de laine, neuf rouleaux de satin de Bergame, autant de velours florentin doré, cinq barils de nitre, deux caisses de miroirs et un petit coffre à bijoux: voilà ce qui débarque après Michel-angelo Buonarrotti dans le port de Constantinoplele jeudi 13 mai 1506. A peine la frégate amarrée, le sculpteur a sauté à terre. Il tangue un peu, après six jours de navigation pénible. On ignore le nom du drogman grec qui l'attend, appelons-le Manuel; on connaît en revanche celui du commerçant qui l'accompagne, Giovanni di Francesco Maringhi, Florentin établi à Istanbul depuis cinq ans déjà. Les marchandises lui appartiennent. C'est un homme affable, heureux de rencontrer le sculpteur de David, ce héros de la république de Florence.

Evidemment Istanbul était bien différente alors; on l'appelait surtout Constantinople; Sainte Sophie trônait seule sans la Mosquée bleue, la rive orientale du Bosphore était désolée, le grand bazar n'était pas encore cette immense toile d'araignée où se perdent les touristes du monde entier pour qu'on les y dévore. L'Empire n'était plus romain et pas encore l'Empire, la ville balançait entre Ottomans, Grecs, juifs et Latins; le sultan avait nom Bayazid, le deuxième, surnommé le Saint, le Pieux, le Juste. Les Florentins et les Vénitiens l'appelaient Bajazetto, les Français Bajazet. C'était un homme sage et discret, qui régna trente et un ans; il aimait tâter du vin, de la poésie et de la musique; il ne rechignait ni aux jeunes hommes, ni aux jeunes femmes; il appréciait les sciences et les arts, l'astronomie, l'architecture, les plaisirs de la guerre, les chevaux rapides et les armes tranchantes. On ignore ce qui le poussa à inviter Michel-ange Buonarrotti des Buonarrotti de Florence à Istanbul, même si le sculpteur jouissait déjà, en Italie, d'un grand renom. A trente et un ans, certains voyaient en lui le plus grand artiste du temps. On le comparait souvent à l'immense Léonard de Vinci, de vingt ans son aîné.

 

Voilà un petit (152 pages) roman savoureux au titre merveilleux. A partir de quelques éléments réels (l'invitation du sultan, les lettres de Michel-Ange à son frère, les plans de Sainte-Sophie envoyés à l'architecte du Vatican, le dessin d'un pont sur la Corne d'Or de Léonard de Vinci, l'esquisse Projet d'un pont pour la Corne d'Or attribuée à Michel-Ange entre autres), Mathias Enard brode et relate le séjour de Michel-Ange, ses rencontres, sa fascination pour Constantinople. Des chapitres courts, une ou deux pages, et la magie opére.


pont Michel-Ange pont Michel-Ange détail

Partager cet article

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Philippe Goffin 13/12/2010 14:46



Panni signifierait vêtements



Pichenette 14/12/2010 18:50



Plus logique que des chaussures en laine. Chaussons chauds chaussons et chaudes chaussettes, ça c'est chaud! Sinon, vêtons vieux et vagues vêtements verts sans vermine!



Goffin P 12/12/2010 12:03



J'ai adoré ce bouquin qui nous invite au voyage


PS cent douze "panni" de laine, je ne connais pas et je ne trouve pas la signification de ce mot



Pichenette 13/12/2010 14:26



Merci de ton passage et de ton commentaire. J'ai beaucoup aimé ce petit livre, le style, l'énergie, le dépaysement; l'un des meilleurs ouvrages que j'ai lus de la rentrée littéraire de cette
année. J'espère qu'il séduira encore d'autres lecteurs.


Panni: le traducteur Google donne chaussures. Cela ne semble pas pertinent. Quelqu'un parle-t-il italien?



chantal 11/12/2010 17:23



j'ai mis ce titre sur ma liste au père Noel !






Pichenette 13/12/2010 14:15



 Joyeux Noël!



Gérard 11/12/2010 14:50



J'avoue être fasciné par cette époque, celle d'un grand renouveau et de l'ouverture sur ce qui était à l'époque encore des pays lointains. Celle aussi de bâtisseurs artistes et audacieux. 152
pages, ça doit pouvoir se lire en deux heures.



Pichenette 13/12/2010 14:14



Bonjour Gérard. Il se lit vite et avec plaisir. Les chapitres sont courts et j'ai aimé le style dès les premières pages, les descriptions notamment. C'est pour cela que j'en ai choisi une en
extrait. L'histoire est riche, et j'ai également aimé que le roman ait pour base des documents authentiques dont l'auteur fait la liste à la fin du livre.



maeldune 10/12/2010 20:44



Après savoir tout sur tout sauf essayer de filer ou de s'entrelacer dans l'imaginaire d'un Vinci, vais sûrement m'acheter ce petit roman pour passer un bon moment dans mon bain.........


A plus, et merci pour ces articles.....toujours succulents....



Pichenette 11/12/2010 11:42



Pour moi, ce serait plutôt: 



Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!