Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 22:00

Limonov P.O.L., Août 2011

Lauréat prix Renaudot 2011 , première sélection prix Goncourt 2011 .

Lauréat du prix de la Langue française 2011

Lauréat du prix des Prix littéraires 2011


15 jours que ce roman épais me nargue sur ma pile de livres! 15 jours que je retarde le moment de l'ouvrir, rebutée par son épaisseur (489 pages), son titre, son sujet! J'ai traîné trop longtemps un autre pavé qui aurait mérité 300 pages de moins, au moins!, et je souhaite un peu de légèreté. Mais bon, il fait beau, je dispose du temps du déjeuner pour le déflorer, alors... 

 
Une page, une seule page, mon appétit de lectrice est éveillé et je sais que je ne ferai pas tout ce que j'ai prévu aujourd'hui, que je vais essayer de retourner le temps pour grappiller quelques minutes de plus et finir au moins le chapitre, puis que je vais courir pour rattraper ces précieuses minutes.


Une biographie romancée sur un homme qui fascine l'écrivain et une plongée en Russie, puis embarquement dans les valises de cet inclassable à New York, Paris, Belgrade.

Limonov, lui, a été voyou en Ukraine; idole de l'underground soviétique, clochard puis valet de chambre d'un milliardaire à Manhattan; écrivain à la mode à Paris; soldat perdu dans les Balkans; et maintenant dans l'immense bordel de l'après-communisme, vieux chef charismatique d'un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud: je suspends sur ce point mon jugement. Mais ce que j'ai pensé, après avoir simplement trouvé drôle l'anecdote des lavabos à Savatov, c'est que sa vie romanesque et dangereuse racontait quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais sur notre histoire à tous depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
Quelque chose, oui, mais quoi? Je commence ce livre pour l'apprendre.


 Ce récit est aussi une vision de l' histoire de la Russie depuis 50 ans. C'est tout le talent de Carrère, remarquable observateur, de dépasser la biographie pour dessiner "un" portrait de notre monde. Hypnotisant

La révolution a cessé de dévorer ses enfants, le pouvoir, selon le mot d'Anna Akhmatova, est devenu végétarien.

(     )

Seule en France, mais d'accord avec l'immense majorité des Russes, ma mère parlait de Gorbatchev comme d'un apparatchik débordé par les forces qu'il avait sans le vouloir mises en branle, et d'Eltsine comme de l'homme incarnant l'aspiration de son peuple à la liberté. Formé par le communisme, il avait eu le courage de rompre avec lui. Il avait suivi, au côté d'Elena Bonner, le cercueil de Sakharov. Il avait défendu la Maison Blanche comme La Fayette avait pris la Bastille, déclaré hors la loi le parti qui étouffait les consciences et liquidé l'Union qui emprisonnait les nations. 

(     )

Cependant, à l'idée qu'on veuille les rendre moins riches, les oligarques prennent peur, d'autant plus peur qu'ils viennent d'inventer et de vendre à Eltsine une combine merveilleuse pour s'enrichir encore davantage: "les prêts contre actions". (     ) L'échéance tombe après la présidentielle, il est donc vital pour les oligarques qu'Eltsine soit encore président à ce moment

(     )

Dans le chaos des premières années 90, il (Poutine) s'est retrouvé parmi les perdants, les floués, réduit à conduire un taxi. Arrivé au pouvoir, il aime, comme Edouard, se faire photographier torse nu, musclé, en pantalon de treillis, avec un poignard de commando à la ceinture. Comme Edouard, il est froid et rusé, il sait que l'homme est un loup pour l'homme, il ne croit qu'au droit du plus fort, au relativisme absolu des valeurs, et il préfère faire peur qu'avoir peur. Comme Edouard, il méprise les pleurards qui jugent sacrée la vie humaine.(     ) La différence avec Edouard, c'est que lui a réussi.


Carrère est très agréable à lire, intéressant, bien informé.


Cependant, j'ai quelques bémols:
Il est trop fasciné par Limonov.Il ne peut s'empêcher d'être parfois très vulgaire comme dans son précédent roman, D'autres vies que la mienneun moyen de se comporter comme un "mauvais garçon" et de s'éloigner de sa bonne éducation et de sa vie rangée dont il se plaint?Et un égocentrisme, non dénué de complaisance, exaspérant.

Mon idéal était de devenir un grand écrivain, je me sentais à des années -lumières de cet idéal et le talent des autres m'offensait. Les classiques, les grands morts, passe encore, mais les gens à peine plus âgés que moi ... S'agissant de Limonov, ce n'est pas au premier chef son talent d'écrivain qui m'a impressionné. (     ) Plus je le lisais, plus je me sentais taillé dans une étoffe terne et médiocre, voué à tenir dans le monde un rôle de figurant, et de figurant amer, envieux, de figurant qui rêve des premiers rôles en sachant qu'il ne les aura jamais parce qu'il manque de charisme, de générosité, de courage, de tout sauf de l'affreuse lucidité des ratés.

 

Journal d'un raté2ième sélection prix de Flore 2011

En raison du succès de ce roman, après Journal d'un ratéAlbin Michel rééditera en novembre deux autres romans d'Edouard Limonov: Autoportrait d'un bandit dans son adolescence et Le petit salaud.

Limonov abandonne sa nationalité française. Lire:link    

Partager cet article

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

José 26/10/2011 14:52



C'est bien ce que j'ai comprenu...



Pichenette 26/10/2011 15:17



Le Sportès, par contre...



chantal 26/10/2011 12:22



non, tu n'as pas compris Pichenette : Limonov est devenu le chef d'un parti d'extrême droit en Russie !!! je ne pense pas qu'on puisse désormais l'admirer...



Pichenette 26/10/2011 12:38



Oh, si! Et soldat dont on ne sait pas trop les actes et motivations! Ce n'est pas son parcours, c'est sa volonté qui est intéressante. Pour moi, ce n'est pas la partie la plus intéressante du
livre, mais la vision de Carrère sur la politique russe. 



José 26/10/2011 05:03



Freedom: la liberté... de pas le lire!



Pichenette 26/10/2011 10:21



C'est bien ce que je suggérais



Philippe D 25/10/2011 22:06



Une brique c'est un livre qui fait plusieurs centaines de pages. Je ne m'y attaque que pendant les vacances.


bonne nuit



Pichenette 26/10/2011 10:29



= un pavé! Ah , j'adore, j'apprends quelque chose!


 



Mimi des Plaisirs 25/10/2011 22:01



J'ai vu et écouté Carrère dans l'émission "La grande Librairie". Je l'ai trouvé fasciné par  Limonov, passionné par son sujet, mais il ne m'a pas donné l'envie de le lire.
J'ai envie moi aussi d'un peu plus léger...et la Russie, j'en sors depuis peu..



Pichenette 26/10/2011 10:32



Il écrit bien et il est passionné, le résultat est très intéressant. J'ai bien aimé, mes réserves sont de toutes petites réserves. En fait, ce que j'ai le plus aimé , c'est sa vision de la
politique russe.



Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!