Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 11:07

 

 

Ecrivains du sud 2012 1 Ecrivains du sud 2012 2

 

Les journées de Ecrivains du sud permettent de rencontrer pendant 2 jours de nombreux auteurs, qui viennent discuter sur le thème des chemins de la création.

 Le Prix des lecteurs des Ecrivains du Sud 2012 sera remis à cette occasion.

(entrée libre dans la limite des places disponibles)


Repost 0
Published by Pichenette - dans Rencontres
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 01:00

 

Image 5-copie-2

Image 6

 

 Image-6-copie-1.png

 

Source Internet.

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 21:44


Image-1-copie-2.pngImage 2-copie-4

 

Image-5-copie-3.png

 

 

 

Les correcteurs attachent une attention particulière à toutes les ruptures du texte, par exemple lorsqu'une phrase ou plus généralement un paragraphe se place sur deux pages différentes parce que la vision séparée ne permet plus de considérer la phrase ou le paragraphe dans sa globalité. 


Lorsque l'on veut se relire pour se corriger, il ne faut pas survoler le texte en espérant que la "faute" nous sautera aux yeux en bippant ou clignotant comme une folle! Il faut se relire avec une lecture spécifique, attachée à un seul objectif, par exemple: je raccourcis les phrases trop longues ou je vérifie les accords des participes passés ou encore je fais la chasse aux répétitions, bref en travaillant sur le style, la grammaire, le vocabulaire, mais pas tout en même temps.


Source Internet

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 09:36

Les lumières du ciel Balland, Juillet 2011

Deuxième sélection prix de Flore 2011

 

Quand on me demande de conseiller un livre amusant et distrayant, je suis bien embêtée. Et surtout cette année où tous les livres sont lugubres! Alors, voilà une bouffée d'oxygène, un éclat de rire sur 250 pages, une utopie salutaire, un éloge cocasse de la paresse!

 

Trois amis décident de quitter leur vie minable, leurs coups foireux et prennent la route. Ces anti-héros fort sympathiques nous entraînent en Fiat Panda jusqu'à Jérusalem, pas en Israël, mais dans un hameau français des Cévennes.
Ils nous demandaient ce qu'on faisaient dans la vie, où on vivait, enfin tout ça. On leur répondait qu'on était DJ avant-gardiste de patinoire, mère au foyer sans enfants et ex-vendeur de sapins de Noël hallal. Ils se bidonnaient, croyant qu'on leur faisaient un numéro d'improvisation. Ils ne savaient pas que le monde extérieur était devenu aussi grotesque.


Adieu patinoire, sapins, mari! Au passage, on apprend la déontologie du métier de vendeur de sapins et comment adapter son message à sa clientèle. Un grand moment!
Faute de clients, on a passé l'après-midi à simuler les ventes. Un coup j'étais vendeur, un coup acheteur. On peaufinait les techniques. Les arbres venaient tous du Danemark, mais M. Robert expliquait que si on tombait sur un client patriote, on pouvait dire que la marchandise venait de Bourgogne, du Morvan, berceau de la Gaule. Y'a pas de mal à faire plaisir au client. Frédéric acquiesçait. Et puis il y a la question de l'écologie. Attention, on ne badine pas avec l'écologie. Tu peux être mauvais sur tout, mais pas sur l'écologie. Si le client se met à complexer quand il consomme, c'est foutu. Il se terre chez lui, se met à picoler en regardant la TV et on ne le revoit plus. C'est fragile, un client, faut pas croire. C'est sensible aussi. Ca demande de l'attention. Ca réclame sa part de dignité. Il faut le mettre à l'aise, le décomplexer, le caresser dans le sens du poil, lui faire comprendre qu'en achetant un sapin, il fait jouir la planète. C'est tout un métier, qu'est-ce que tu crois.
Il m'a fait apprendre une phrase par coeur, et répéter plusieurs fois. Il l'appelait La Phrase. "Tous les sapins proviennent de plantations spécialement aménégées et ne participent donc pas à la déforestation." A servir à toutes les sauces dès que la question de l'écologie arrivait sur le tapis.


Et voilà une nostalgie hilarante de la ruralité, et de l'utopie du l'auto-suffisance et du rejet de la société de la consommation: 1968 revisité 2011! Eloge des ancêtres des bobos: les babas!
Il vouait une haine inextinguible à l'agriculture et à la révolution néolithique, qu'il considérait comme étant à l'origine des emmerdements de l'humanité. Selon lui, l'apparition de l'agriculture était la conséquence d'un bouleversement symbolique délétère qui avait conduit au remplacement d'une spiritualité organique et horizontale par une religion arrogante et verticale, incitant soudain les hommes, par pure idéologie, à domestiquer plantes et animaux afin d'affirmer leur absurde supériorité sur la nature, ce qu'il estimait éminemment scandaleux.


Vous n'avez rien compris au discours écolo? Il faut lire la suite pour découvrir l'économie apte à conduire les hommes au bonheur terrestre!


Et en attendant le bon bol d'air, c'est un bon bol de rire!


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 19:34

 

 

Diète

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 07:00

 

David Kracov

 

 

David Krakov

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:00

Schneider ombreGrasset, Août 2011

Prix des lecteurs des Ecrivains du Sud 2012. Sélection.

1ère sélection prix Fémina 2011

 

C'est l'histoire de deux frères au sein d'une famille nombreuse qui s'aiment, se détestent, s'admirent, se combattent. L'enfance, la guerre d'Algérie, une femme, la descente aux enfers, les mensonges, le suicide, la musique.

C'est un livre dur, sombre, désespéré, violent.

C'est un livre difficile à lire aussi par sa construction. L'auteur mêle deux récits en alternant les narrateurs et les temps.
     D'une part, à la troisième personne et au présent, il relate l'enfance de Michel et celle de son frère Bernard plus âgé de huit ans.
     D'autre part, à la première personne et au passé, le narrateur Michel Forger, suite à une lettre, a retrouvé le grand amour de son frère et tenté de recomposer sa guerre d'Algérie, suivie des années d'errance.


Mais au delà de tout cela, c'est un beau livre, bien écrit. Une autobiographie sensible, profonde, intense. Encore une belle sélection pour le prix des lecteurs des Ecrivains du sud.


Quelques phrases piochées au hasard de ma lecture:

 Elles sont percutantes comme un coup de poing!

Bernard rencontre L. en pleine guerre d'Algérie. L'amour lui tombe dessus, comme pour effacer les cris et le sang sous d'autres cris, s'oublier dans un autre corps.

L'enfer, ça doit ressembler à ça, pense Bernard, en patrouille de nuit dans les ruelles de la Casbah, entourée de barbelés et immobilisée par le couvre-feu.(     ) Il ne pose pas de questions.

Entre moi et Bernard, cet inconnu vêtu de noir qui me ressemblait comme un frère- c'est un vers de Musset que j'ai souvent cité dans mes cours-, la ressemblance le disputait à la dissemblance.

Je l'aimais comme on n'ose même pas aimer Dieu et comme je n'ai jamais aimé une femme, écrit le cadet.

Quand on pense à quelqu'un en écoutant de la musique les larmes aux yeux, ce n'est pas sur lui qu'on pleure, mais sur la musique, ou sur celui qu'on était quand il était encore là.

Les écrivains, c'est comme les sourds-muets: ils parlent et ça ne fait pas de bruit.

Il est plus long de se déprendre de ses souvenirs que des êtres qui les ont peuplés.

Quarante ans plus tard, ma bibliothèque s'est étendue comme une lèpre.

"A quoi ça sert les livres?" Ca sert à ne pas mourir. Ces murailles dressées entre soi et la vie des autres forment un camp retranché, et les étagères ressemblent aux remparts des cités anciennes. Ils empêchent la mort d'entrer.

 

Michel Schneider a animé une masterclass aux Ecrivains du sud, puis s'est désisté pour la suite des entretiens, trop bouleversé par cette expérience. 

 

Michel Schneider (1944 ) est énarque, haut fonctionnaire et psychanalyste. Il a été directeur de la musique et de la danse au ministère de la culture de 1988 à 1991. Il est notamment connu pour avoir écrit: Marilyn, dernières séances (Marilyn Monroe), prix Interallié 2006, et Morts imaginaires, prix Médicis de l'essai 2003, les deux chez Grasset.


lire une interview de Michel Scheider

lire les premières pages 

lire la fiche Wikipédia

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 22:49
Le réalisateur Sir Ridley Scott a décerné le grand prix du concours Philips «Tell It Your Way »  
au court-métrage Porcelain Unicorn de l'Américain Keegan Wilcox.

Les 600 réalisateurs amateurs en compétition devaient présenter un court-métrage original, créatif, contenant 6 répliques:
What is That
It’s a unicorn
Never seen one up close before
Beautiful
Get away Get away
I’m sorry

Ridley Scott a justifié ainsi son choix: "J'ai souhaité récompenser Porcelain Unicorn pour la qualité de son scénario, extrêmement bien mené et filmé". 

Le court-métrage poétique et sensible montre la fidélité d'un homme, marqué par un souvenir d'enfance. Keegan Wilcox raconte s'être inspiré des souvenirs de guerre de son grand-père ainsi que du roman d'aventure Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad.


Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 11:30

C'était le printemps avant l'heure, l'hiver s'est fait attendre,

les deux se rencontrent enfin et cohabitent bien.

varie 6129

     Les fleurs s'habillent pour l'hiver.


varie 6136

Même pas de quoi faire une boule de neige!

Encore moins de bonhomme de neige!

Juste un abominable homme des neiges!

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 21:43

Martinez domaine murmures Gallimard

 Coup de coeur

Lauréate prix Goncourt des lycéens 2011

Lauréate prix du roman historique de Levallois 2011

3ème sélection prix Goncourt 2011.

2ème sélection prix Médicis 2011

1ère sélection prix Renaudot 2011

Lauréate prix des lecteurs du centre des Ecrivains du sud 2012

 

 

Un conte, un merveilleux conte du Moyen -âge. L'imagination poétique de Carole Martinez nous emporte dans un rêve mystique et sensuel, violent et romantique. 

Une histoire, un souffle, un talent! 


L'héroïne est forcément jeune et belle et s'appelle Esclarmonde.

Je suis Esclarmonde, la sacrifiée, la colombe, la chair offerte à Dieu, sa part. J'étais belle, tu n'imagines pas, aussi belle qu'une fille peut l'être à quinze ans, si belle et si fine que mon père, ne se lassant pas de me contempler, ne parvenait pas à se décider à me céder à un autre. j'avais hérité de ma mère une lumière sur la peau qui n'était pas commune. Derrière mon visage d'albâtre et mes yeux trop clairs, une flamme semblait vaciller, insaisissable.

 

Dans tout conte, il y a un prince charmant. Celui-ci, Lothaire, n'est ni prince ni charmant!.

Restait Lothaire, gorgé de rage et d'ambition. Sa fougue et son habileté aux tournois lui avaient si bien permis de se distinguer que, de l'avis de tous, même de mon père, son bon sang viril méritait de se perpétuer. Cette union était donc une aubaine. Une fois marié, il deviendrait seigneur à son tour: sa femme, aussi frêle, docile et muette fut-elle, lui conférerait une nécéssaire épaisseur, celle des bâtisseurs de lignées. Il restait des places à prendre dans ce comté de Bourgogne. Ma matrice le projetterait dans l'avenir, il labourerait ma chair comme il faut pour que sa gloire put s'y enraciner, pour que sa descendance fut forêt, beaux garçons qui, prenant sa suite, porteraient son nom, abriteraient son sang, sa mémoire, sa gloire pour les siècles des siècles, sans compter la dot et l'alliance attachées à celle qu'on lui donnait jusqu'à ce que la mort s'ensuive.


Mais Esclarmonde refuse sa condition et, le jour de son mariage, se consacre à Dieu, d'une manière violente et spectaculaire.

Comment échapper à cette destinée sinon avec l'aide du Christ? (     ) Béguines, mystiques, recluses volontaires parvenaient parfois à mener leur entourage et gagnaient une liberté autrement inconcevable. Une autonomie à laquelle presque aucune autre femme de ma caste ne pouvait prétendre.
Mais à quel prix?

 

Elle croit trouver la paix en s'emmurant dans une cellule collée à la chapelle du château, mais la vie ne s'arrête pas aux barreaux. Elle connaîtra le pouvoir, l'amour, l'enfantement, les visions, la croisade, la violence. 


Le précédent livre,  Le coeur cousu (  Coup de coeur, 9 prix littéraires) était tout aussi envoûtant, plus fantastique. Carole Martinez se renouvelle complètement avec son second roman et pour notre plus grand plaisir. Et si défauts il y a , je ne veux pas les voir! A quand le troisième?

 

lire les premières pages

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!