Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 15:49

Dicker Editions de Fallois, août 2012

 

 

 

Un livre qui caracole en tête des ventes,
un livre dont tout le monde parle,
un livre dont les droits de traduction se sont envolés à la foire de Frankfort,
un livre récompensé par le
Grand prix du roman de l'Académie française 2012, Prix Goncourt des lycéens 2012
et sélectionné par des grands prix d’automne :
Prix Goncourt 2012, Prix Fémina 2012, Prix Interallié 2012
écrit par un jeune homme de 27 ans,
bref un des livres de la rentrée.


J’ai eu la chance de lire un article coup de cœur écrit par Sophie qui  a déclenché un achat automatique et une lecture dans la foulée, sans autre information. Cliquez , vous comprendrez! C’est une chance, car souvent lorsque tout le monde s’enthousiasme d’une seule voix, l’attente est importante et augmente le risque de déception.


Il s’agit d’une enquête provoquée par la découverte du cadavre d’une jeune fille de 15 ans, disparue plus de 30 ans auparavant. La trame est un triller, je n’en dirai donc pas plus ! 
Le livre est très bien construit, tout d’abord l’affaire Harry Quebert et puis, la vérité sur l’affaire Harry Quebert, mais il est aussi question de l’Amérique, de littérature.
Varié, surprenant, plein de rebondissements, il ne manque pas d’humour.
Par contre, il faut oublier les dialogues, notamment ceux avec Nola, souvent du niveau d’un mauvais roman-photos.


D’où ma surprise concernant sa sélection pour le Goncourt notamment, (qui privilégie souvent la belle écriture aux dépens du plaisir) et l'évidence de sa consécration par les lycéens pour le Goncourt des lycéens, qui aiment se faire plaisir en lisant.


Un « page-turner » réussi.


 

Un "page-turner" en français?


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 09:39

Prix Interallié 2012

Sélections

 

Lauréat

 

J’ai lu

1

2

3

Nicolas d'Estienne d'Orves, Les fidélités successives (Albin Michel)


ü

ü

 

 

Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Québert (De Fallois/

ü

 

 

 

Philippe Djian, "Oh…"(Gallimard)


ü

ü

ü

 

Christophe Donner, A quoi jouent les hommes (Grasset)


 

 

 

 

Lionel Duroy, L’hiver des hommes (Julliard)

 

 

 

 

Jérôme Ferrari, Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud)

ü

 

 

 

Gaspard-Marie Janvier, Quel trésor ! (Fayard)


 

 

 

 

Sébastien Lapaque, La convergence des alizés (Actes Sud)

ü

ü

 

 

Colombe Schneck, La réparation (Grasset)

 

 

 

 

 

Seul Sébastien Lapaque, parmi les auteurs sélectionnés, fait figure de nouveau venu dans la course aux prix d’automne.



Les deux nouveaux membres du jury ne seront pas désignés avant la proclamation du prix.

C’est Philippe Djian qui emporte le prix, au huitième tour de scrutin ! , avec 5 voix contre 3. Le lauréat de l’année dernière était  Morgan Sportès. Tout, tout de suite.

 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 13:51


En 2011, le lauréat était Alexis Jenni pour L'art français de la guerre (Gallimard).

Créé le 21 décembre 1903 par Jules et Edmond de Goncourt , le prix Goncourt est le prix littéraire le plus fameux et le plus couru, car le plus vendeur – entre 300 000 et 500 000 exemplaires en moyenne en première édition .


Prix Goncourt 2012

Sélections

 

Lauréat

 

J’ai lu

1

2

3

Vassilis Alexakis, L’enfant grec (Stock)

ü

 

 

 

Gwenaëlle Aubry, Partages (Mercure de France)

 

 

 

 

Thierry Beinstingel, Ils désertent (Fayard)

ü

 

 

 

Serge Bramly, Orchidée fixe (JC Lattes)

 

 

 

 

Patrick Deville, Peste et choléra (Seuil),

ü

ü 

 

 

Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Québert (De Fallois/L'Age d'homme)

ü

         ü

 

  

Mathias Enard, Rue des voleurs (Actes Sud)

ü

 

 

  

Jérôme  Ferrari, Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud)

ü

ü 

   ü      

 

Gaspard–Marie Janvier, Quel trésor ! (Fayard)

 

 

 

 

Linda Lê, Lame de fond (Bourgois)

ü

ü 

 

 

Tierno Monenembo, Le terroriste noir (Seuil)

 

 

 

  

Joy Sorman, Comme une bête (Gallimard)

ü

 

 

 

 



 

 

 

 

Seule Linda Lê n'est dans aucune autre liste des grands prix littéraires de l'automne. Une jeune auteure à découvrir!

Joël Dicker, Mathias Enard et Jérôme Ferrari sont également sélectionnés pour le Grand prix du roman de l'Académie française.

Dicker et Ferrari ont aussi été retenus par le jury de l'Interallié. 

Patrick Deville, prix du roman Fnac, est dans la première liste du prix Décembre, celle du Médicis et celle du Renaudot.

Le Renaudot nomme également Vassilis Alexakis.

Mais c'est avec la première sélection du Fémina que le Goncourt partage le plus grand nombre d'auteurs puisqu'on y retrouve Thierry Bestingel, Patrick Deville, Joël Dicker, Jérôme Ferrari et Joy Sorman.


C'est Jérôme Ferrari d'Actes sud, cité de longue date parmi les favoris, qui l'emporte avec 5 voix.

 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 13:31

 

Prix Renaudot 2012

Sélections

 

Lauréat

 

J’ai lu

1

2

3

Vassilis Alexakis, L’enfant grec (Stock)


ü

ü 

 

 

Christian Authier, Une certaine fatigue (Stock)

ü

ü 

 

 

Aurélien Bellanger, La Théorie de l’information (Gallimard)

 

 

 

 

Anne Berest, Les patriarches (Grasset)


ü

ü 

 

 

Mohamed Boudjedra, Le parti des coïncidences (Alma)

ü

 

 

 

Agnès Desarthe, Une partie de chasse (L’Olivier)

 

 

 

 

Patrick Deville, Peste et choléra (Seuil)


ü

ü 

 

 

Christophe Donner, A quoi jouent les hommes (Grasset)

 

 

 

 

Lionel Duroy, L’hiver des hommes (Julliard)


 

 

 

 

Henri Lopes, Une enfant de Poto-Poto (« Continents noirs » Gallimard)

ü

 

 

 

Abdellah Taïa, Infidèles (Seuil)


 

 

 

 

Jean-Loup Trassard, L’homme des haies (Gallimard)

ü

ü 

 

 

Florian Zeller, La jouissance : un roman européen (Gallimard)

ü

 

 

 

 

 

 

Quelques vedettes de la rentrée déjà sélectionnés par les autres grands prix -Vassilis Alexakis au Goncourt, Patrick Deville au Goncourt et au Médicis, (déjà lauréat du prix du roman Fnac), Abdellah Taïa au Médicis -, mais aussi des auteurs peu connus comme Mohamed Boudjedra, Henri Lopes, Anne Berest. De belles découvertes en perspective ?

Et puis également l’apparition d’une petite maison d’édition créée l’an dernier.

Le Renaudot élargit ses sélections, bravo !

 

Et grande surprise, c'est la rwandaise Mukasonga Scholastique qui emporte le prix, avec son roman: Notre Dame du Nil, édité chez Gallimard, au dixième tour de scrutin. Philippe Djian, qui ne faisait pas partie de la sélection a également obtenu des voix.

Le Renaudot réserve bien des surprises cette année!

 

Résumé : Au Rwanda, un lycée de jeunes filles perché sur la crête Congo-Nil. Les familles espèrent que dans ce havre isolé et difficile d'accès, leurs filles parviendront vierges au mariage négocié pour elles dans l'intérêt du lignage. Prélude au génocide rwandais, le huis clos où doivent vivre des lycéennes encerclées par les nervis du pouvoir hutu, fonctionne comme un microcosme existentiel. 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 13:54

 

Prix Médicis 2012

Sélections

 

Lauréat

 

J’ai lu

1

2

Lien

Romans français

 

 

 

 

Claude Arnaud, Brève saison au paradis (Grasset)


 

 

 

 

Aurélien Bellanger, Théorie de l’information (Gallimard)


 

 

 

 

Alain Blottière, Rêveurs (Gallimard)


 

 

 

 

François Bon, Autobiographie des objets (Seuil)


 

 

 

 

Patrick Deville, Peste et choléra (Seuil)


ü

 

 

icon_biggrin.gificon_biggrin.gif 

Philippe Djian, "Oh !" (Gallimard)


ü

 

 

 

Lancelot Hamelin, Le Couvre-feu d’octobre («L’Arpenteur», Gallimard)


 

 

 

 

Claudie Hunzinger, La Survivance (Grasset)


 

 

 

icon_biggrin.gif 

Leslie Kaplan, Millefeuille (POL)


ü

 

 

 

Emmanuelle Pireyre, Féerie générale (L’Olivier)


ü

Interview 

ü 

 

Mathieu Riboulet, Les Œuvres de miséricorde: fictions et réalités (Verdier)


 

 

 

 

Patrick Roegiers, Le Bonheur des Belges (Grasset)


ü

 

 

 

Abdellah Taïa, Infidèles (Seuil)



ü

 

 

 

Gary Victor, Maudite éducation (Philippe Rey)



 

 

 

 

Romans étrangers

 

 

 

 

Margaux Fragoso, Tigre, tigre !  (Flammarion)


ü

 

 

 

Vassili Golovanov, Espace et labyrinthes: récits (Verdier)


 

 

 

 

António Lobo Antunes, La Nébuleuse de l’insomnie (Bourgois)


ü

 

 

 

Ferdinand von Schirach, Coupables (Gallimard)


 

 

 

 

Salman Rushdie, Joseph Anton : une autobiographie (Plon)


ü

 

 

 

Gonçalo M. Tavares, Un Voyage en Inde (V.Hamy)

 

 

 

 

Ferdinand von Schirach, Coupables (Gallimard)


ü

 

 

 

Juan Gabriel Vásquez, Le bruit des choses qui tombent (Seuil)


ü

 

 

 

Avraham B. Yehoshua, Rétrospective (Calmann-Lévy/Grasset)

ü

 

 ü 

 

 

 

Quelques fantaisies pour le Médicis : le livre de Salman Rushdie entre en deuxième sélection ; le livre de François Bon, tout d’abord sélectionné en « romans », passe en « essais » en deuxième sélection ; le livre d’ Emmanuelle Pireyre, sélectionné en « romans » est cependant classé en « essai » par son éditeur. Des fantaisies dues au retour de Frédéric Mittérand dans le jury?

Emmanuelle Pireyre remporte le prix Médicis pour son quatrième roman, Féérie générale, publié en août dernier à l’Olivier, au premier tour par huit voix.



Evocation de la société contemporaine, à travers des pastiches de discours portant sur la question du voile, le rôle de l'argent, le bonheur écologique ou encore la démilitarisation de l'Europe, Féérie générale est roman-collage, où réalité et fiction s'entremêlent, à travers une succession d'histoires où les langages se téléscopent...


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 09:48

 

Prix Fémina 2012

Sélections

 

Lauréat

 

J’ai lu

1

2

3

19 romans français

 

 

 

 

Thierry Bestingel, Ils désertent (Fayard)


ü

 

 

icon_biggrin.gif icon_biggrin.gif icon_biggrin.gif

Jeanne Cordelier, Escalier F (Phébus)


 

 

 

 

Julia Deck, Viviane Élisabeth Fauville (Minuit)

ü

ü 

 

 

Patrick Deville, Peste et choléra (Seuil)

ü

ü 

ü   

icon_biggrin.gif icon_biggrin.gif

Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Québert (De Fallois/L’Age d’homme)


 

 

 

 icon_biggrin.gif icon_biggrin.gif 

Philippe Djian, « Oh !» (Gallimard)


 

 

 

 

Nicolas d’Estienne d’Orves, Les fidélités successives (Albin Michel)


 

 

 

icon_biggrin.gif 

Jérôme Ferrari, Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud)


ü

ü 

 

 icon_biggrin.gif 

Lancelot Hamelin, Le couvre-feu d'octobre (L'Arpenteur/Gallimard)


ü

 

 

 

Claudie Hunzinger, La Survivance (Grasset)


 

 

 

icon_biggrin.gif 

Leslie Kaplan, Millefeuille (P.O.L)


 

 

 

 

Bruno Le Maire, Musique absolue. Une répétition avec Carlos Kleiber (Gallimard)


ü

ü 

 

 

Catherine Mavrikakis, Les derniers jours de Smokey Nelson (Sabine Wespieser éditeur)


ü

 

 

 

Florence Noiville, L’attachement (Stock)


 

 

 

 

Gisèle Pineau, Cent vies et des poussières (Mercure de France)


 

 

 

 

Nathalie Rheims, Laisser les cendres s’envoler (Léo Scheer)


 

 

 

 

Catherine Safonoff, Le mineur et le canari (Zoé)


ü

 

 

 

Colombe Schneck, La réparation (Grasset)


 

 

 

 

Antoine Senanque, Salut Marie (Grasset)


ü

 

 

icon_biggrin.gif icon_biggrin.gif 

Anne Serre, Petite table, soit mise ! (Verdier)


ü

ü 

 

 

Joy Sorman, Comme une bête (Gallimard)
 

 

 

 

 

11 romans étrangers

 

 

 

 

Sébastien Barry, Du côté de Canaan (J.Losfeld)


ü

ü 

 

 

Michiel Heyns, La dactylographe de Mr James (P.Rey)


ü

ü 

 

 

Yan Lianke, Les quatre livres (Picquier)


ü

 

 

 

Antonio Lobo Antunes, La nébuleuse de l'insomnie (Bourgois)


 

 

 

 

Audur Ava Olafsdottir, L'embellie (Zulma)


 

 

 

 

Michael Ondaatje, La table des autres (L’Olivier)


ü

 

 

 

Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer (Phébus)


ü

ü 

ü  

 icon_biggrin.gif

José Luís Peixoto, Livro (Grasset)


 

 

 

 

Juan Gabriel Vasquez,Le bruit des choses qui tombent (Seuil)


ü

ü 

 

 

Jeannette Winterson, Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? (L’Olivier)


ü

 

 

 

Avraham B. Yehoshua, Rétrospective (Grasset)

 

 

 

 

 

 

 

Une très large sélection originale car 10 auteurs font leur première entrée dans la course aux grands prix d’automne : Jeanne Cordelier, Nicolas d’Estienne d’Orves, Catherine Mavrikakis, Florence Noiville, Gisèle Pineau, Nathalie Rheims, Catherine Safonoff, Colombe Schneck, Antoine Senanque, et Julia Deck avec son premier roman.

Sur les neuf autres auteurs déjà sélectionnés pour au moins un des autres grands prix d’automne, Patrick Deville, déjà prix du roman Fnac, fait un sans faute et entre en lice pour le Fémina, après s’être inscrit pour le Goncourt, le Renaudot et le Médicis.
 

Parmi les romans français, les dames du Fémina ont quatre autres titres communs avec la liste du Goncourt (Thierry Bestingel, Joël Dicker, Jérôme Ferrari et Joy Sorman), trois avec celle du Médicis (Philippe Djian, Claudie Hunzinger et Leslie Kaplan), et deux avec celle du Flore (Philippe Djian et Anne Serre).
 


Pour la deuxième sélection, deux auteurs font leur entrée : Lancelot Hamelin et Bruno Lemaire.

Le 6 novembre, Deville (roman français) et Otsuka (roman étranger) ont gagné le prix, dès le premier tour chacun.

 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 21:19

Michaka-ciseaux.gif Fayard, août 2012

 

C'est la confrontation entre un écrivain et son éditeur. Ce sont les ciseaux de l'éditeur qui propulsent son poulain au firmament des lettres américaines où il est loué pour son "minimalisme". Succés usurpé?

C'est le choix de l'écrivain: accepter que son travail soit entièrement retravaillé, remanié pour être publié ou refuser et demeurer inconnu. Dilemme insoluble.

C'est le douloureux processus d'écriture.

C'est aussi l'écrivain et sa femme, leur amour immense mais destructeur, c'est l'alcoolisme.

C'est aussi un nouvel amour, une nouvelle vie.

Même si Stéphane Michalak n'utilise que des prénoms, il parait que c'est bien l'histoire de Raymond Carver, de sa première femme Maryann et de son éditeur Gordon Lish et c'est formidable!

 


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:32

Duteurtre. A nous deux, Paris Fayard, août 2012

 

 

C'est l'histoire d'un jeune provincial qui "monte" à Paris et, qui oublie ses études et se perd dans les nuits des années 80.

Un style extrêmement agréable à lire, léger et sensible, légèrement cynique, excellente peinture d'une époque, une histoire bien menée, un retour vers les années 80 intéressant. Mais comment se fait-il que je ressente une impression de déjà-vu-lu-entendu?

J'ai observé ce jeune Jérôme, apprenti musicien, faux étudiant, comme un laborantin observe son rat exécuter très exactement ce pour quoi il était programmé. Avec la même satisfaction ...et le même désintérêt.


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 23:43

Grand Prix du roman de l’Académie française 2012

Sélections

 

Lauréat

 

J’ai lu

1

2


Partages, de Gwenaëlle Aubry (Mercure de France)

ü

 

 

 

La Vérité sur l’affaire Harry Québert, de Joël Dicker
(De Fallois/L'âge d'homme)

ü

 link

             ü

  

Rue des voleurs, de Mathias Enard (Actes Sud)

 

 

 

  

Le Sermon sur la chute de Rome, de Jérôme Ferrari (Actes Sud)

ü

 

 

               

Mother, de Luc Lang (Stock)



 

 

 

 

Ethno-roman, de Tobie Nathan (Grasset)

 

 

 

 

Le Bonheur des Belges, de Patrick Roegiers (Grasset)

 

 

 

 

 

Trois livres de cette liste n’ont été remarqués par aucun autre jury: Gwenaëlle Aubry, prix Femina en 2009, Luc Lang et Tobie Nathan et tous 3 ne font pas partie de la deuxième sélection.

Parmi les sept candidats, Joël Dicker et Jérôme Ferrari sont également en lice pour les Goncourt, Femina et Interallié. 
Mathias Enard figure également sur la liste du Goncourt et Patrick Roegiers sur celle du Médicis.

Joël Dicker gagne le prix par 16 voix contre 6 à Gwenaelle Aubry et 1 à Jérôme Ferrari.

C'est le deuxième roman de ce jeune auteur suisse de 27 ans, déjà vendu à 20 000 exemplaires. Son premier roman, Les derniers jours de nos pères, a été publié en janvier 2012 chez le même éditeur.



Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 21:33

Grannec-deesse.jpg Août 2012


Où l'on quitte la Vienne des années 30 pour le Princeton d'après-guerre dans les pas de Kurt Gödel, brillantissime mathématicien, souffrant de désordres psychologiques.

Où l'on rencontre Einstein et l'on discute recherche, mathématiques, philosophie. 

Où les toiles de fond politiques ( nazisme, maccarthysme) influent sur les chercheurs.

Où la veuve parle d'amour aussi et du mariage improbable d'une danseuse de music-hall avec un logicien de bonne famille!

Malgré quelques longueurs, c'est un roman brillant, passionnant, tout à fait étonnant. Les mathématiques semblent même à la portée du profane!

Et quel beau titre!

 


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!