Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 16:14

© Pour savoir écrire TOUT, il faut connaître son rôle dans la phrase.

Ou: comme TOUT sert à tout, il faut savoir à quoi sert TOUT.

Et oui, un peu de grammaire est nécessaire!

 

  question rouge bulle hom  Adjectif, il s'accorde avec le nom qu'il complète. 


ADJECTIF

Masculin Singulier

Féminin Singulier

Masculin Pluriel

Féminin Pluriel

Tout + déterminant + Nom

(= La totalité)

 

Il dort tout le temps.

Toute cette ville est détruite.

Tous nos enfants sont là.

Ils reviennent toutes les semaines.

Tout + Nom  

(= N’importe quel/ Chaque)

 

Vous pouvez venir à tout moment.

Toute règle a ses exceptions.

Ce sont des vélos pour tous terrains.

On achète des fraises en toutes saisons.

Tout + ce, ceci, cela, ça+ qui, que, dont,...

Tous ceux, toutes celles + qui, que, dont ...

 

Fais attention à tout ce qu’il raconte.

Tout cela est à vérifier.

Tout ceci est neuf.

Tout ça est incroyable.

 

Tous ceux (les étudiants) que j’ai préparés ont eu leur examen.

Tous ceux (les livres) que j’ai lus sont excellents.

Toutes celles (les fraises) que j’ai choisies sont excellentes.            

 

 

                             ©

 

Ce, ceci, cela, ça sont des pronoms indéfinis qui remplacent un groupe de mots ou une phrase.

Ceux, celles sont des pronoms démonstratifs.

 

 

question rouge boite hom  Pronom, il s'accorde avec le nom qu'il remplace.


 

PRONOM

Masculin Singulier

Masculin pluriel Féminin pluriel

Pronom Sujet

 Nom sujet, Nous, Vous, Ils, Elles + tous, toutes

Ou : 

Tout, Tous, Toutes

Tout va bien

(= l’ensemble) 

Les hommes aiment tous les voitures.

Nous sommes tous arrivés ! (=Tous les étudiants )

Ils ont tous réussi ! Tous ont réussi !

Les femmes aiment toutes les bijoux.

Vous êtes toutes arrivées. (= Toutes les étudiantes )

Elles ont toutes réussi ! Toutes ont réussi !

Pronom CD

   nous, vous, les + tous, toutes

Ou : tout

 

Attention à la place de tout à un temps composé !

 

Attention à la place de tout après un verbe à l’impératif !

 

Il prend tout

(= l’ensemble)

 

 

Il a tout pris.

 

 

Prends tout !

Ne prends pas tout !

 Il les mange tous. (= tous les fruits) 

Il nous voit tous. (= tous les étudiants)

 

Il les a tous mangés.

Il nous a tous vus.    

 

Mange-les tous !

Ne les mange pas tous !

 

  : on prononce le « s » final.

 Il les mange toutes. (= toutes les fraises)

Il vous voit toutes. (= toutes les étudiantes)

 

Il les a toutes mangées.    

Il vous a toutes vues.

 

Mange-les toutes !

Ne les mange pas toutes ! 

©

 

 Truc: Quand il est pronom, le S se prononce.

 

 

 question bleu hom    Adverbe, il est invariable. Sauf....


ADVERBE

(invariable)

Adjectif Masculin

Singulier et Pluriel

Adjectif féminin

Singulier et Pluriel

Commençant par une voyelle ou un h muet

Adjectif féminin

Singulier et Pluriel

Commençant par une consonne ou un h aspiré

 

Tout + adjectif ou  participe passé

(= Complètement, très, entièrement)

Le ciel est tout gris.

Ils sont tout émus.


Elle est tout émue.

Elles sont tout heureuses.

©

Elle est toute contente.

Elles sont toutes hâlées.

∆ accord

 

 

∆ On fait la liaison entre l'adverbe et l'adjectif. Pour des raisons phoniques et visuelles, on accorde TOUT adverbe dans certains cas.       

 

Il sert aussi  à former les expressions:

Tout intelligents qu'ils sont, ils n'ont pas compris.  (Ils n'ont pas compris bien qu'ils soient intelligents.)

Toute malade qu'elle était, elle a voulu sortir.  (Elle a voulu sortir malgré sa maladie.)

 

 

 idée bonhom blanc Nom, il est masculin singulier

Au marché. "- Donnez-moi le tout!"


 

  mal de tete dessin A vous de choisir!

1/ La salle tout entière/ toute entière s'est levée pour applaudir le prix Nobel de la paix.

2/ Tout à ses pensées/ Toute à ses pensées, Eva n'a pas entendu son portable.

3/ Anne-Line a écrit à Cédric pour lui avouer sa flamme. Comment doit-elle finir sa lettre?

Tout à toi, Anne-Line. Toute à toi, Anne-Line.


Réponses

1/ La salle tout entière. TOUT est adverbe, et donc invariable.

 La règle d'accord de TOUT devant un adjectif a été entérinée par l'Académie française au XVIII siècle. A l'époque, TOUT était accordé dans tous les cas.

2/ Toute à ses pensées. Dans ce type d'expression (tout à, tout en), TOUT est considéré comme un adjectif et donc s'accorde.

 Mais... Au pluriel, pour éviter de confondre avec le pronom, on n'accorde pas. 

Elles sont tout à leurs pensées = elles sont concentrées sur leurs pensées.

Elles sont toutes à leurs pensées = toutes les personnes pensent.

3/ Toute à toi. Elle donne son coeur. Tout à toi n'est qu'une formule de politesse.


©

Repost 0
Published by Pichenette - dans Français
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 19:45

 

Incroyable mais vrai! Le Paradis existe!


varie 4516

 

 

 

Sur terre.

En France.

Dans les Alpes de Haute Provence.

A Banon.

Dans un merveilleux petit village de crèche, à une vingtaine de kilomètres de Forcalquier, sur le plateau d'Albion.


 


varie 4519

 

 

 

 

 

 

C'est la librairie Le Bleuet.

 

 


 

 

 


varie 4521

 

 

 

Depuis son ouverture en 1990, la librairie s'est agrandie: une maison puis deux, puis trois... sur 4 étages.

En 2010, elle propose 107000 titres, vend en moyenne 500 ouvrages par jour, devrait dépasser cette année les 2 millions de chiffre d'affaires. (premier semestre 2011= 11% de croissance)

 

 

 

 


varie 4524

 

 

 

Les lecteurs viennent de toute la région pour le plaisir de trouver tous les jours de l'année, sauf le 1er janvier, des collections suivies, par exemple la collection entière de La Pléïade, et surtout  ! des ouvrages qui ne sont pas renvoyés à l'éditeur au bout de trois mois.

 


 

 

 

Le Bleuet a l'ambition de devenir en 2015 la première librairie de France en fonds littéraire. (1)

 

Comment cela est-il possible? Improbable mais il faut croire que les miracles existent!

 

 

 varie 4526 

 

Et puisque nous sommes sur terre, après les nourritures célestes, les nourritures terrestres:

à Banon, impossible de repartir sans un banon!    

             Banon     banon 

 

(fromage de chèvre, entouré de feuilles de châtaignier, appellation AOC).

N'oubliez pas les brindilles de la boucherie Michel et les délicieuses galettes de l'artisan fabricant Les biscuits de Banon.

 

 

 

(1) Monsieur et madame Gattefossé construisent un entrepôt de 1733 m2 dans la zone artisanale  de la vallée, afin de pouvoir traiter des commandes par internet et augmenter le stock. Ainsi que 6 chambres pour les écrivains en résidence et le personnel supplémentaire. La librairie actuelle ne changera pas ou peu.
Les banques doivent financer ce projet de 4,3 millions d'euros qui s'échelonnera sur 10 ans. (Oséo accompagne ce projet à hauteur de 900 000 euros dans le cadre d'un CDP, contrat à développement participatif) En 2012, première étape, 140000 à 145000 titres seront disponibles, 300000 titres, en 2015, 420000 en 2020.
Par comparaison, Gibert Joseph à Paris détient aujourd'hui 280000 titres en stock.


Tout ceci à Banon!

 

 

Octobre 2012: le site internet est ouvert: http://www.lebleuet.fr

Poétique!


Place Saint Just 04150 Banon. Tél: 04 92 73 25 85. Horaires : De 9h15 à 20h, 7 jours/7, sauf 1er janvier.


Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 08:19

  Souris vertes


 

Pour ensoleiller les journées, rien de tel que de commencer par un passage dans le bazar d'idées de l'Autre!, Grand-Pied, et sa tribu des souris vertes primitives! 

           

                      link

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 07:00

Corps 2Buchet, Chastel. Septembre 2010.

Sélection du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud 2011

 

Corps est court!

Quelque 150 pages d'un quasi format poche pour explorer les mystères du corps féminin ainsi que nous le laissent entendre le titre, la photo et la quatrième de couverture.


Corps est léger!

Catégorie "roman", pas d'histoire cependant mais un sujet: la narratrice observe le corps des femmes qui défilent dans son institut de beauté, révèle quelques confidences. Elle se souvient également de son enfance lorsqu'avec sa soeur Else, elles cherchaient à comprendre le mystère de la chambre à coucher de leurs parents et observaient attentivement les femmes de leur entourage et même de ses émois face à son cousin Jan.


Corps est sobre!

Un style dépouillé, froid, des phrases courtes, une syntaxe"moderne" débarrassée de la ponctuation et des négations . 

 

Corps est "presque"!

Presque bien, presque intéressant. Un livre à la fois décevant et attirant. Il ne remplit pas ses promesses, et l'ennui n'est pas loin, certains passages manquent totalement d'intérêt, les réflexions ne sont pas assez poussées. Le style ne permet pas aucune empathie. A la fin du livre, a-t-il vraiment commencé? Pourtant de belles pages sauvent l'ensemble. Presque!

 

L'éditeur a-t-il fait son travail?

 

Le corps est la dernière chose qui nous reste. Le corps est la première et la dernière chose, de la naissance à la mort on a le même. Il ne change pas quoi qu'on en dise. Ne croyez pas ceux qui disent le corps change. Il change pas. C'est le nôtre malgré ce qu'il a vu, subi, même si c'est un autre, c'est malgré tout le même de la naissance à la mort.

(     )

Comme toujours Else retourne à la commode, ouvre un autre tiroir que celui des bas et de la combinaison, en retire un foulard de mousseline qu'elle attache en capeline à son cou. Elle attrape aussi une autre démarche quand elle se déhanche, elle exagère je trouve. Personne ne marche comme ça à la ferme. Les dix centimètres de talon lui donnent le droit, avec l'autre vision du monde vient une autre langue où on ne dit plus "on" mais "l'on". "Il faut que l'on songe à s'en aller". On peut quitter la ferme grâce à une simple apostrophe.

(     )

Arrête le gloss, arrête les caleçons. C'est fini tout ça Ludmilla, ce n'est plus pour toi. Une femme est belle quand elle est dans la vérité de son corps, cette personne lui dirait. La vérité de son corps, cette personne lui dirait. La vérité du corps est une coïncidence entre les années et la matière de la chair, entre l'extérieur et l'intérieur.


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 10:34

Une année chez les Français Julliard, août 2010

       Coup de coeur.

Sélection des prix Goncourt et Renaudot 2010.

Un petit lutin se présente devant la loge du lycée Lyautey à Casablanca, avec une valise marron à poignée blanche, un peu cabossée et accompagné de deux dindons. C’est le début d’une année riche en émotions, en apprentissages pour ce minuscule Marocain  malingre de 10 ans, bénéficiaire d’une bourse, qui vivra un double choc culturel : celui d’un enfant du bled propulsé en ville et celui d’un Marocain dans un lycée français.


Mehdi Khatib, timide, effacé, solitaire, tremble de ne comprendre ni les adultes ni ses camarades, se surprend à dire des choses qui lui échappent, excelle notamment en mathématiques et français et lit de manière compulsive. D’abord effrayé et dépaysé, il s’habitue peu à peu, murit, s’intègre, se révèle même à l‘atelier théâtre (un des meilleurs passages) et continue à lire avec passion. Mehdi rédige une composition dans laquelle il s’invente des vacances en se basant sur des expressions lues et aimées, il tue (en rêve), il ose corriger la faute de français de son surveillant, il cherche à comprendre par déduction le sens d’un mot, il est émerveillé par le cadeau d’un livre de La Fontaine, il se découvre « Maure » en jouant Le Cid, il découvre le sens profond du mot  « solitude », il souhaite que Monsieur Berger lui prenne la main, il se réjouit de revenir dans sa famille où il se sent accepté.


Fouad Laroui décrit avec beaucoup de sensibilité et de drôlerie les quiproquos, les moqueries, voire certains relents racistes, d’une écriture vive, joyeuse, parfois cocasse sans jamais juger. Les deux langues, qui forment la double culture de Mehdi, colorent le récit et l’ancrent dans la réalité. L’imagination galopante de Mehdi, nourrie de ses lectures, l’amène à mêler les évènements à ses rêveries, pour le plus grand plaisir du lecteur.


Dès les premières pages de cet « ouvrage de fiction » (précision de l’auteur qui a lui-même étudié dans ce lycée), j’ai été conquise. Un grand coup de cœur pour ce livre !


C'était, semble-t-il, une femme; une femme très grande, très grosse, à la face bouffie, bourrelée, à la poitrine en forme de bouclier brandi, aux cheveux noirs retenus en chignon; une femme, certes, contenue à grand-peine dans une tunique blanche qui menaçait d'éclater de tous les côtés. Même de face, on pouvait voir que la géante disposait d'un derrière immense, monumental, parfaitement capable d'écrabouiller les touts-petits si d'aventure elle s'asseyait sur eux. Elle portait des petites lunettes aux verres très épais, de vrais fonds de bouteille qui semblaient faits d'une infinité de ronds concentriques. Mehdi n'avait jamais rien vu de tel.

C'était une ogresse!

L'ogresse cria d'un ton joyeux:

-Voilà le premier! C'est parti!

Elle allait le dévorer.

(     )

Pour toute réponse, Dieu fit fienter une mouette, volant haut dans l'azur, et le jet blanc poisseux passa à quelques centimètres de Mehdi qui le vit s'écraser sur le sol en une flaque minuscule.

-Raté, pensa-t-il.

Mehdi 1, Dieu 0.


(     )

Raconter cela? Il prit son stylo Bic bleu, en posa la pointe sur la première ligne et les mots vinrent d'eux-même, comme des petits affamés se répandant dans un réfectoire après qu'on eut ouvert les portes. Il ne savait pas vraiment ce qu'il écrivait - ce devait être les vacances d'un autre. Mais mille mots emmagasinés pour leur sonorité chatoyante, mille expressions d'autant plus séduisantes qu'il ne les comprenait qu'à demi, se bousculaient dans sa tête en criant:

-Moi, moi, moi!

Généreux, il leur fit à tous de la place, il réussit à les agencer tant bien que mal dans son récit: "les grandes chaleurs de l'été", "les éclaboussures de l'eau" (ce qui orienta sa rédaction vers des vacances passées au bord de la mer), "le clapotis des vagues contre les rochers", puisqu'on était dans une "station balnéaire" -expression qu'il avait déchiffrée sur un panneau, un jour, et qu'il fut très heureux de pouvoir resservir, même s'il se demandait ce que "balnéaire" signifiait. Il faillit introduire un "bal" dans l'histoire mais se ravisa: il ne connaissait que la valse (que le mot "valse") et il n'était pas sûr qu'on valsait à ... Où , en fait? Où se déroulaient ses vacances?


(     )

Et soudain, une sensation atroce s'empare de lui. Il se voit seul mais, pour la première fois, ce n'est plus un vague adjectif, un état transitoire (une pause, du repos...), voire une bénédiction (seul sur la terrasse quand tout le monde s'agite en bas...); cette fois-ci, tout a disparu, tous les adjectifs, tous les mots, tous les états, il n'y a plus d'avant ni d'après, le temps est aboli, il n'y a plus que ça: seul.

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 11:00


Château sable

 

 

 

 

 

 

J'37415 5UR L4 PL4G3 37 J3 R3G4RD415 D3UX J3UN35 F1LL35 JOU4N7 D4N5 L3 54BL3.

 


 

 

 

 

 

3LL35 CON57RU15413N7 UN CHÂ734U D3 54BL3, 4V3C 7OUR5, P4554G35 C4CH35 37 PON7-L3V15. 4LOR5 QU'3LL35 73RM1N413N7, UN3 V4GU3 357 4RR1V33 37 4 7OU7 D37RU17, R3DU154N7 L3 CH4734U 3N UN 745 D3 54BL3 37 D'3CUM3.

J'41 CRU QU'4PR35 74N7 D'3FFOR7, L35 F1LL37735 COM3NÇ3R413N7 4 PL3UR3R, M415 4U CON7R41R3 3LL35 COURRUR3N7 5UR L4 PL4G3, R14N7 37 JOU4N7 37 COMM3NÇ3R3N7 4 CON57RU1R3 UN 4U7R3 CHÂ734U.

J'41 COMPR15 QU3 J3 V3N415 D'4PPR3NDR3 UN3 GR4ND3 L3ÇON.

NOU5 P455ON5 UN3 GR4ND3 P4R713 D3 NO7R3 V13 4 CON57RU1R3 D35 CHO535 M415 LOR5QU3 PLU5 74RD UN3 V4GU3 L35 D3MOL17, L35 53UL35 CHO535 QU1 R3573N7 5ON7 L'4M1713, L'4MOUR 37 L '4FF3C71ON 37 L35 M41N5 D35 G3N5 QU1 5ON7 C4P4BL35 D3 NOU5 F41R3 5OUR1R3. 

 

Le cerveau fait le même travail que celui présenté dans Essayez donc de lire

 

 

reçu par internet


Repost 0
Published by Pichenette - dans Français
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 23:20

Kayro JacobiMercure de France, coll. « Bleue », Paris, 2010.

 

Sélection du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud 2011


Paula Jacques a su inventer un univers autour d'un monde et une époque méconnus: les juifs en Egypte dans les années 56-57. Le héros, Kayro Jacobi, est un juif dans un monde arabe qui le devient de plus en plus, un capitaliste dans un monde qui devient communiste, un homme à la charnière de deux mondes.

Personne n'était capable d'arrêter la machine administrative des spoliations et des nationalisations des entreprises juives. C'était impossible. L'Egypte ne voulait plus de ses juifs. Les Egyptiens voulaient être un peuple qui vit seul sur sa terre. Et de ce fait, avec ou sans le concours de l'avocat El Moustagui, la cause de Kayro Jacobi était entendue d'avance: il se soumettrait, il partirait, ou alors il irait en prison. Peut-être ne l'ignorait-il pas lui-même. Peut-être au fond, et malgré ses tirades guerrières, le patron avait-il abdiqué l'espoir. Peut-être se préparait-il déjà, dans un coin de sa conscience, à l'abandon inéluctable des studios de la Kayro Films.


La structure romanesque est extrêmement travaillée et constitue la grande réussite de ce roman.

Le passé est mis en scène par une narration classique, racontant l'histoire d'un producteur de cinéma. Par ailleurs, le présent éclaire le passé: les survivants présentent leur vision des faits quelque 50 ans après, grâce à des témoignages que l'on sent presque arrachés. L'histoire est ainsi revisitée 50 ans après par des personnes qui ont 50 ans de plus et qui ont encore plus de chagrin d'avoir été chassés d'Egypte!

Comment? Non, non. Ca suffit. J'arrête, je raccroche si vous continuez. Ce n'est pas permis, dites-moi, vous comprenez le français? On ne le dirait pas, madame, on ne dirait pas que le mot pudeur, tact, respect of privacy, ça existe dans votre langue.

Non, madame, ça commence à m'énerver que vous soyez toujours sure de savoir avant moi ce que je vais dire ou ne pas dire.


L'auteure , dans un entretien à Paule Constant aux Ecrivains du sud, se décrit comme un écrivain de l'oralité. "J'entends les personnages parler, je ne les vois pas, j'entends leur incrédulité face à ce qui leur arrive." Beaucoup de dialogues rythment le récit; les témoignages des survivants sont mis en valeur par la suppression des questions de la journaliste.


Le sujet est un innocent, rattrapé par l'Histoire, face à son destin. Un innocent amoral, qui ment, qui trompe, qui bling-blingue avant l'heure, mais un innocent balayé par l'Histoire.

Le cinéma égyptien des années 40-60 était rayonnant, une industrie importante. Cette histoire est inspirée de celle d'un grand producteur, rattrapé par l'antisémitisme et l'anticapitalisme, chassé d'Egypte, condamné à l'exil en Italie pour sauver sa vie, qui dut abandonner tous ses films derrière lui et ne put plus jamais en tourner un seul. Le personnage du roman veut bien mourir en tant qu'homme mais pas en tant qu'artiste.

Une fois, en rangeant des papiers épars sur le bureau de son patron, Raymond tomba sur une page remplie tout du long d'une seule et même phrase, au tracé obsessionnel.

J’ai réalisé trente-deux films,

Que suis-je ?

J’ai réalisé trente-deux films,

Que suis-je ?

J’ai réalisé trente-deux films,

Que suis-je ?

Et ainsi de suite du haut en bas de la page.

Puis, un matin, il y eu la visite des dératiseurs.


L'auteure se sert de faits réels , comme lorsque Hollywood débarque pour tourner "La terre des Pharaons" réalisé par Howard Hawks qui sera interdit par Nasser pendant 5 ans. 

Ce serait un grand honneur pour moi et un immense plaisir de vous servir de guide, d'interprète et d'encyclopédie ambulante. Puis-je vous demander comment vous est venu l'idée de me contacter? C'est flatteur mais j'ai peine à croire que ma personne et mes films soient connus à Hollywood. Si? ils le sont?

(     )

Louons ici l'honnêteté intellectuelle de Harry Kurnitz. Pour lui, hélas, les conceptions occidentale et orientales du cinéma différaient de façon aussi radicale que le paisible cours du Nil et les chutes du Niagara. Kayro eut le coeur écorché par les vérités proférées sans méchanceté, avec humour par-dessus le marché -voilà le plus blessant-, par celui qu'il tenait pour un expert en la matière.


J’ai aimé le sujet du livre : comment réagit un innocent face à la tourmente de l’Histoire.

J’ai aimé que le héros refuse son sort, se débatte contre toute évidence, qu’il soit assez peu sympathique, ce qui rend sa lutte plus émouvante.

J’ai aimé l’époque et la situation : un juif en Egypte face à la montée de l’antisémitisme. J’ai par contre moins senti la montée du communisme incarnée par les deux sœurs de Kayro.

J’ai aimé découvrir le cinéma égyptien, la description des films, des ambiances.

J’ai aimé l’improbable amitié liée à la venue des cinéastes hollywoodiens de « Terre des pharaons ». Cependant les dialogues entre les deux amis m’ont souvent paru lourds et laborieux.

J’ai aimé et particulièrement aimé que le récit soit entrecoupé des interviews des survivants, quelque 50 ans après, purgé des questions. Les souvenirs et les perceptions de chacun ont forcément évolué.

Alors pourquoi, avec autant d’éléments passionnants, ce roman m’a-t-il laissée sans réactions ? Ce qui m’a dérangée pendant tout le roman, c’est mon impassibilité face à ces horreurs : est-il possible de se retrouver de marbre devant le drame des juifs égyptiens spoliés, chassés de chez eux ? J’ai lu ce roman de manière très hachée, ce qui a certainement nuit à ma concentration mais au final je pense que ce récit est un roman intéressant, mais pas un bon roman.

J’attends son adaptation au cinéma : il y a de quoi faire un excellent scénario.

Les droits d'adaptation pour le cinéma sont d'ores et déjà achetés.


L'auteure

Co-animatrice de l'émission L'Oreille en coin.

Créatrice de Pentimento ou l'enfance de l'art.

Productrice et animatrice de Cosmopolitaine (depuis 1999).

Membre du jury du prix Fémina depuis 1996.


Bibliographie

Lumière de l'oeil, Mercure de France, 1980. 

Un baiser froid comme la lune, Mercure de France, 1983.

L'héritage de tante Carlotta, Mercure de France.

Déborah et les anges dissipés, Mercure de France, 1991. Prix Fémina.

La descente au paradis, Mercure de France, 1995.

Les femmes avec leur amour, Mercure de France, 1997.

Gilda Stambouli souffre et se plaint..., Mercure de France, 2002. Prix Europe 1Prix Nice Baie des Anges.

Rachel-Rose et l’Officier Arabe, Mercure de France, 2006. 

 

 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 17:05

village gaulois

2010 après Jésus-Christ.

Toute l'Europe se réforme. 

Toute ? 


Non, dans un petit pays situé à l’ouest du continent, la France, une poignée de fonctionnaires et de privilégiés des régimes spéciaux résiste encore et toujours.


Pour les usagers qui vivent dans les camps de Réfurm, Référendum, Droidelum et Serviceminimum, la vie quotidienne est loin d'être facile. 

 

Mais qui sont ces Français qui résistent encore et toujours à toute réforme ? 

Il y a :

·      Cégétix, le syndiqué : petit gréviste malin, il a toujours une bonne idée pour échapper au travail et, à chaque fois, trouve un prétexte pour déclencher une grève générale. 

·      Il y a aussi Fonctionpublix : le meilleur ami de Cégétix! Il refuse d'admettre qu'il mange trop. Ce qui compte pour lui, c'est rigoler et échapper au boulot.

·      Il y a encore Bloclepayx, le druide : c'est lui qui prépare la potion de grève, la recette magique qui permet de résister encore et toujours aux réformes en prenant le reste du pays en otage.

.      Sans oublier Démagogix, le Chef : l’époux de Poildanlamimine se fait réélire depuis plus de 30 ans en promettant tout et n'importe quoi à ses militants. Il n'a qu'une seule crainte : que du travail lui tombe sur la tête !

.      Son bras droit s'appelle Taxonlesprofix. Il n'est pas très sympathique et chacun tente de l'éviter.

 

 Il y a aussi d'autres personnages au village : 

·     Jaimepalaphysix : il est au lycée, et à la 1ère occasion, il fait la grève pour ne pas aller en cours.

·     Danielcohnbendix : lui, ce qu'il aimerait, c'est que tout redevienne comme en 68 avant JC. Il est aidé par ses copains, Facteurix et Anticapitalix.

·     Niquelapolix : il n'a rien à voir là-dedans, mais il adore foutre le bordel, casser les vitrines et brûler les voitures.

 

Ils sont soutenus par la chef de l'opposition du village, Martinaubrix, qui n'a pas d'idées mais qui dit votez pour moi comme chef du village à la place de l'ignoble Sarkozix, j'effacerai tout ! 

Mais l'autre chef de l'opposition FMIx, n’est pas de cet avis...

 

Pendant ce temps-là, celui qui se marre, c'est Pompafrix, le propriétaire de toutes les stations essence du village ! Il a augmenté ses prix, et tout le monde vient chez lui en disant merci !

 

 

source: internet

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 08:00

 

Giono Logo NB petit 2-1Le prix sera remis lors des journées des Ecrivains du Sud, 1 et 2 avril 2011. 


Kayro JacobiPaula Jacques. Kayro Jacobi, juste avant l'oubli, Mercure de France


Mémoires de la jungleTristan Garcia. Mémoires de la jungle., Gallimard 

OuraganLaurent Gaudé, Ouragan, Actes Sud

Corps 2 Fabienne Jacob. Corps, Buchet-Chastel

     Le Callet la-ballade-lila-k     Blandine Le Callet. La ballade de Lila K., Stock

Les chagrins Judith Perrignon. Les chagrins, Stock

Que font les rennes après NoëlOlivia Rosenthal, Que font les rennes après Noel ?, Verticales

37ème prix du livre Inter 2011. Prix Alexandre Vialatte 2011.

La tête en arrièreViolaine Schwartz, La tête en arrière, P.O.L

Le testament d'OlympeThomas Chantal, le testament d’Olympe, Seuil 

 


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 16:54

coach-nouveau-look-1 Brigitte Gautier, Claude Juillard. Solar Editions, mai 2009.

 

varie 4325

 

Dans le cercle de lecture mensuel de Liber'thé, nous avons eu le plaisir de recevoir Brigitte Gautier, et une fois n'est pas coutume, d'être futiles et de l'assumer avec plaisir!


Rencontre fort intéressante avec une des deux auteurs de cet ouvrage très clair, très agréable à lire, joliment illustré et fort didactique. Bravo aux deux spécialistes du conseil en image et du visagisme d'aider les néophytes à faire un bilan de leur apparence, et apprendre à la transformer ou la renforcer dans un style harmonieux. C'est amusant, bien expliqué, extrêmement agréable à lire et sans aucune difficulté, on est guidé pas à pas. Et ce que l'on apprend ainsi n'est pas seulement de la coquetterie, c'est surtout un moyen de se sentir en harmonie avec l'image que l'on projette.

 

 varie 4326

Quelques tendances de demain annoncées au salon 1ère vision qui présente les tissus du monde entier que l'on retrouvera dans nos armoires dans 2 ou 3 ans 

 

Disparition du noir, remplacé par le non- noir, c'est-à-dire le gris anthracite et le bleu nuit.

Perte d'influence du violet.

Rose, vert, de nombreux beiges prennent de l'importance.

Mais surtout, marre de l'uniformisation, on assistera à un vrai développement de la customisation. Effet vintage de luxe: on achètera une veste que l'on coupera en deux et on la mariera avec une ancienne veste ressortie du placard. Exemple: la marque Desigual qui se développe déjà à une vitesse fulgurante en présentant des vêtements qui rajoutent des morceaux, de couleurs, dessins et textures très différents .


 

varie 4338Parlons donc harmonie formes et couleurs.

La perception globale que l'on a de soi est difficile car on se voit en général par morceaux. L'autre nous perçoit dans notre globalité. Le regard le plus proche de celui d'autrui que l'on que l'on puisse porter sur soi-même est la vision fugace de notre silhouette qui se reflète en passant dans les vitrines. Comment dès lors juger de ce qui nous va le mieux?


1/ Chez moi, toutes les couleurs chantent ensemble. Henri Matisse 

 varie 4347 2

 

 varie 4350 2

 

 varie 4351 2Recherche des couleurs harmonieuses avec la couleur de la peau, des yeux, des cheveux, des sourcils, par opposition de teintes en opposition 2 par 2, claires ou foncées, chaudes ou froides. 

 


2/ Tout dans la nature, se modèle sur la sphère, le cône et le cylindre... Paul Cézanne.

De manière très précise, nous avons rempli une grille d'observation personnelle .

Encolures, lignes de pantalon, lignes de jupes, lignes de robes, forme des motifs, ligne des vestes, forme des ceintures, forme des chaussures, forme des bijoux, forme des lunettes, autre (coiffure, ...) s'apparentent-elles plus au rond, au carré, au triangle, au losange? 

 varie 4342 2

 varie 4343 2Recherche de la forme de visage.

 

En plaçant 2 crayons de chaque coté du visage, il est facile de voir la forme du visage.

 


 

http://www.colorscopie.com

http://colorscopie.blogspot.com

http://www.puretrend.com/auteur/brigitte-gautier_w9/1

Repost 0
Published by Pichenette - dans Rencontres
commenter cet article

Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!