Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 18:00

tel 4 ados     Ou comment dédiaboliser les mots SMS.


Le langage SMS modifie les caractéristiques orthographiques ou grammaticales de la langue afin de réduire le nombre de caractères saisis, la longueur du message, et accélérer la saisie sur le clavier numérique d’un téléphone portable.


Les grands classiques

A plus tard

@+

C’est

C

A demain

a2m1

C’est à dire

cad

As soon as possible

asap

See you

CU

Bonjour

bjr

D’accord

dak

J’ai

G

Je t’aime

JTM

cadeau

Kdo

Qu’est-ce que tu crois ?

Kestu X

Quoi de neuf

Koi 2 9

Catastrophe

Kta

Mort de rire

MDR / lol

merci

mr6

énervé

NRV

occupé

OQP

Excuse-moi

SQZ

Tu es

T

 

Quelques phrases

Salut, comment ça va = Slt komensava

Veux-tu aller au cinéma demain= Vtu alé o 6néma 2m1

Qu’est-ce que le professeur a dit ? = Keske le prof a di ?

A lundi, je suis pressé = Al1di, j suis preC

Il y a du travail pour demain = Ia du taf pr dm1

 

 Avouez ! Ces trouvailles sont géniales !



tel fem   Constat


Toute une série d’études fort sérieuses démontrent que les élèves qui savent utiliser, voire créer, le langage SMS ont aussi de bons résultats aux tests qui mesurent les compétences langagières traditionnelles : orthographe, lecture, et réussissent particulièrement à générer des rimes, à grouper les mots reliés sémantiquement…

Ceci va à l’encontre de ce que l’on entend souvent !

 


tel 8  Les points positifs.

 

Les jeunes qui pratiquent le SMS pratiquent l’écrit.

 

LE langage SMS n’existe pas : chaque utilisateur utilise les classiques puis en invente, en teste, en change. Il cherche. Il réfléchit. Il utilise des codes en constante évolution.

 

Les SMS sont une façon ludique de communiquer, c’est un jeu avec le langage.

 

Le caractère informel, non contraignant et sans jugement de ce code écrit décomplexe le rapport à l’écrit. Il désacralise l'écrit.

 

Le SMiste utilise fréquemment des réductions phonétiques (koi = quoi ?), des rébus (@+), différentes graphies (paC = passer), l’argot, l’anglais plus court (now), (lol), l’alphabet (C), les classiques abréviations, initiales, bref une variété incroyable pour arriver à trouver le moyen de taper le moins de signes sur son portable!

 

Les utilisateurs savent pertinemment qu’il s’agit d’un code de communication lié à l’utilisation du portable, un(e) co(r)de de plus à leur arc et qu’il n’est pas adapté à tous les écrits !

 

 

tel ados  S'appuyer sur un savoir pour progresser.


Face à un jeune qui « pollue » ses écrits scolaires ou autres de smismes, il ne faut pas les rejeter mais au contraire provoquer une réflexion sur tous les codes de l'écrit et enrichir ainsi son éventail.


Face à un jeune en difficulté, il est intéressant pour tout pédagogue de l’encourager à réfléchir sur le jeu de l’écriture en s’appuyant sur les ressorts existants du langage sms qu'il connaît et utlise . (Pour l’avoir utilisé en cours, je sais que cela marche !). L'écrit est désacralisé, ce qui est un inconvénient et un avantage. Il faut valoriser son aspect positif. 

 

Celui qui sait inventer, créer, jouer, réfléchir avec un portable à la main sait aussi le faire avec un stylo.

 

  Langage SMS, ennemi de l'orthographe?

Français écrit, sms et erreurs.

Repost 0
Published by Pichenette - dans Français
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 19:00



 tel message          Ou comment les mots SMS sont chargés de tous les maux…

 

Le langage SMS modifie les caractéristiques orthographiques ou grammaticales de la langue afin de réduire le nombre de caractères saisis, la longueur du message, et accélérer la saisie sur le clavier numérique d’un téléphone portable.


Les professeurs se plaignent de l’utilisation du langage SMS dans les copies, des comités se sont créés pour lutter contre l’utilisation de ce langage dans les communications Internet, les entreprises s’affolent du niveau de correction écrite de leurs jeunes employés. Partout, on accuse le langage SMS d’avoir des conséquences nuisibles pour l’apprentissage de l’écrit, d’être la cause d’une baisse du niveau de l’écrit des jeunes générations.


Bien entendu, rien n’est plus faux.

      - Soyons un peu logiques. L’apprentissage de la langue écrite se fait à l’école primaire, l’utilisation importante de SMS à partir de l ‘adolescence. La synchronisation est mauvaise.

      - Soyons scientifiques. Depuis les années 90, de nombreuses études en France, au Canada, en Belgique (source Ministère de l’Education Nationale) ont démontré exactement le contraire. Les idées reçues ont la vie dure.

 

Alors pour quelles raisons retrouve-t-on des SMismes dans les écrits scolaires, alors que la plupart des élèves savent pertinemment que ce langage est un registre à part ?

      - Manque de concentration et reprise d’habitudes acquises au quotidien.

      - Manque d’implication dans le travail effectué.

      - Manque de temps pour finir le travail demandé.

Plus grave :

      - Le jeune ne possède pas la compétence écrite adéquate. Il utilise alors le seul moyen de communication qu’il possède.

       Question : qu’a-t-il appris pendant ses années de primaire ?

      - Le jeune sait qu’il va commettre une faute. Plutôt que de tenter de trouver la solution, il choisit la facilité et commet une faute volontaire : « se » remplace systématiquement « se », « ce », « ceux » ; « sa » remplace « sa » et « ça » ; « chanté » remplace « chanté », « chanter », « chantez », chantais », « chantait », « chantaient », « chantai ».

       Question : qu’a-il appris pendant ses années de primaire, et pourquoi ne peut ou ne veut-il pas réfléchir au problème ?


Ne déplaçons pas les responsabilités. Il est peut-être enfin temps de chercher à adapter l’enseignement, à réfléchir à toute la chaîne pédagogique, pour lutter contre la baisse du niveau de l’écrit dans les jeunes générations plutôt que d’accuser à tort l’utilisation du SMS, qui n’est qu’un code de communication, associé à un support particulier.

 

Pour finir, il est intéressant de constater deux tendances récentes :

-     Pendant quelques années, le langage SMS a essaimé sur les chats, les forums et toutes les communications Internet. Plus difficile à déchiffrer pour le lecteur, il revient à son média d’origine, le téléphone portable.

-     De nombreux jeunes utilisateurs, devenus adultes, se détournent de l’utilisation massive de ce langage codé et n’en gardent que les principales et meilleures trouvailles.

 

 

  Langage SMS, ami de l'orthographe?

       Français écrit, sms et erreurs.

Repost 0
Published by Pichenette - dans Français
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 07:00

DaltonBrothers

 

Il était une fois quatre individus

très indéfinis qu’on appelait :

Tout le monde, Quelqu'un , Chacun et Personne
.

Il y avait quelque chose à faire, 

 un important travail sans doute, 

Et Quelqu’un a demandé à Tout le monde de s'en charger.


 

 


Tout le monde était persuadé que Quelqu’un le ferait.


Chacun pouvait l’avoir fait, mais en réalité Personne ne le fit.


Quelqu'un se fâcha car c’était le travail de Tout le monde !


Tout le monde pensa que Chacun pouvait le faire.


Et Personne ne doutait que Quelqu'un le ferait…


En fin de compte, Chacun fit des reproches à Tout le monde.

Parce que Personne n’avait fait ce que Quelqu’un aurait pu faire.



*** MORALITÉ ***



Sans vouloir le reprocher à Tout le monde,

Il serait bon que Chacun fasse ce qu’il doit sans nourrir l’espoir


Que Quelqu’un le fera à sa place…


Car l’expérience montre que là où l’on attend Quelqu’un,

Généralement, on ne trouve Personne !


 


J’en informe
Tout le monde

Afin que
Chacun
puisse le transmettre à
Quelqu’un

Sans oublier
Personne…

 

 

Source Internet

Repost 0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 07:13

 

Père Noël a

Père Noël b

Père Noël c

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 19:00

 

 

 falbala voeux 2  Pourvu qu'elle soit douce!

 


Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 07:00

 

Fruits ds panierCette fille a un coeur d'artichaut.

Il a poussé comme une asperge.

On avait la banane, on s'est fendu la pêche toute la soirée!

Il m'a payé avec des cacahuètes!

Les carottes sont cuites!

Il est bête comme chou et en plus, il a les oreilles en chou-fleur.

Il m'a pressé comme un citron.

Je l'ai eu pour une poignée de figues.

Ramène ta fraise!

Quel navet, ce film!

La terre est bleue comme une orange (Eluard).

Va donc, eh! patate!

Il lui a refilé la patate chaude.

J'ai la pêche, ce matin.

Tu me prends pour une poire?

Et tout ça, c'est pour ma pomme!

                                Il est mort: trois pruneaux dans le buffet! Il mange les pissenlits par la racine.

Tout ce que j'ai fait, ça compte pour des prunes...              

 

 Abricots 

 

 

Et l'abricot, le pauvre abricot, pourquoi on n'a pas d'expression avec abricot?

 

 

source: internet    

Repost 0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 07:02
 Dongala. Photo de groupe au bord d'un fleuve  Actes Sud. Avril 2010.

 Coup de coeur. 

Prix Virilio 2010 du meilleur roman francophone.

Meilleur livre 2010, catégorie roman français, du magazine Lire.


Elles sont une quinzaine sur la photo prise au bord du fleuve, des ouvrières courageuses (Méré, Iyissou, Batatou, Bileko, Laurentine et les autres). Cassées par la vie, elles cassent des cailloux et remplissent de lourds sacs sous le soleil africain pour la construction de l’aéroport voisin.

Révoltées par l’oppression et leur exploitation, elles décident un beau jour de demander une augmentation pour que leur labeur soit correctement rémunéré.

D'habitude, les acheteurs allaient directement inspecter les sacs avec l'arrogance de ceux qui ont l'argent, se complaisant dans la manière dont vous vous pressiez autour d'eux, telles des poules dans un poulailler s'égaillant autour de celui qui leur jette des graines à picorer ; ils savaient que vous étiez prêtes à subir toutes leurs vexations pour toucher ces fameux dix mille francs. Coups de gueule par ci : Eh toi là, ton sac n'est même pas plein, tu me prends pour un idiot, ajoute quelques cailloux pour bien le remplir si tu veux que je l'achète ! Mais c'est quoi ça ? Tu appelles ça du gravier ? Mais vas-y donc pendant que tu y es, vends-moi carrément les gros blocs que tu vois là-bas. Coups de pieds dans le sac qu'ils renversaient pour montrer à la vendeuse que ses cailloux n'étaient pas cassés assez petits.

 

Chers sœurs et camarades, nous sommes des femmes qui essayons de gagner notre vie en cassant et vendant la pierre. Il y a parmi nous des femmes qui sont allées à l’école et des femmes qui ne savent pas lire, il y a des jeunes et des plus âgées, il y a des femmes mariées et des célibataires, des veuves et des divorcées. Nous n’attendons pas que l’Etat nous donne un salaire. Nous, nous sommes des femmes actives et tout ce que nous voulons, c’est qu’on nous achète notre marchandise à son juste prix.

 

 Cette juste revendication devient un combat collectif contre tous.

Vous ne vous attendiez pas du tout à ce que la riposte soit aussi rapide et brutale. Mis en déroute à onze heures, ces acheteurs de pierre sont revenus en force moins de deux heures plus tard, au moment même où vous vous apprêtiez à quitter le chantier. Seulement cette fois-ci ils ne sont pas venus seuls mais accompagnés par un commando armé. Bien que surprise, tu n'es pas étonnée outre mesure puisque la plupart de ces camions appartenaient aux gros pontes du régime en place qui se cachaient derrière des parents anonymes pour faire des affaires souvent louches. Pour eux, mobiliser la police pour défendre leur bien privé est tout à fait normal.


Soutenues par le sentiment de leur dignité, le refus de toutes les formes de domination, sachant profiter de concours de circonstances, ces véritables héroïnes découvrent la force collective, la solidarité et l’espoir.
 

Question de dignité, mes amies. Nous ne nous battons pas seulement pour un meilleur prix pour nos sacs, mais aussi pour qu’on nous respecte.


Demain sera peut-être un jour différent, un jour qui ne s’était jamais levé auparavant.


Tu penses à ces femmes de Guinée qui, les premières, avaient osé défier le dictateur Sékou Touré en organisant une marche sur son palais ; et aussi à ces femmes maliennes qui avaient bravé un autre dictateur, Moussa Traoré. Tu penses aux mères des disparus chiliens sous les fenêtres de Pinochet, aux femmes d’Argentine qui avaient manifesté pour les enfants enlevés. Plus tu y penses, plus tu es exaltée. Et les noms des femmes fortes de l’histoire te reviennent : Kimpa Vita qui, dans l’ancien royaume du Kongo, avait mené des troupes contre l’occupant portugais, Rosa Park qui avait refusé de céder sa place de bus à un blanc dans une ville du Sud des Etats-Unis d’Amérique.

 

C’est drôle, tragique, réaliste, féroce !

Un style fort grâce à l’emploi de la deuxième personne.

Ce matin, quand tu te lèves, tu sens que ce jour qui se lève avec toi est un jour qui ne s’est encore jamais levé, un jour différent. 

Un roman social, humaniste, ironique et affectueux.

Pour Emmanuel Dongala, la femme est l’avenir de l’Homme.


Biographie

Né en 1941 d’un père congolais et d’une mère centrafricaine, Emmanuel Dongala a quitté le Congo au moment de la guerre civile de 1997. Il vit actuellement aux Etats-Unis, où il enseigne la chimie et la littérature africaine francophone à Bard College at Simon ’s Rock. Son roman Johnny chien méchant (Le Serpent à plumes, 2002) a été adapté au cinéma par Jean-Stéphane Sauvaire sous le titre Johnny Mad Dog. 

 


Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 07:00

Les photographes font tout un plat de leurs lentilles et ensuite travaillent au noir!

Soyez gourmands, sortez de l'ombre!

Voici un super site Mayoz.fr pour tout amateur de belles photos!

Pourquoi faut-il y aller?

Parce que:

     - un beau concept, une communauté autour de belles photos, ouverte à tous, animée par les votes des internautes.

     - Des photos d'art en édition limitée, sur un très beau support.

Mais pas seulement!

Parce que:

     - les deux fondateurs sont jeunes, beaux, talentueux, et après de très brillantes études ont choisi de quitter la voie royale toute tracée pour suivre leur passion, qu'ils veulent développer la diffusion des photos d'art et qu'il faut encourager tous les talents.

     



Mayoz 1

 

Interview au 13 décembre 2010:


logo Qui êtes-vous ?

Florent et Nicolas. Nous sommes 2, plus ou moins 26 ans, et nous avons lancé Mayoz.fr le 28 novembre 2010.

Mayoz2Le concept en une phrase ? 
Mayoz.fr organise tous les 15 jours un concours photo, les membres du site votent pour leur préférée et nous vendons les meilleures en édition limitée à 150 exemplaires.

Mayoz3Ce qui vous différencie des autres sites
La communauté que nous souhaitons créer autour de Mayoz.fr : pour nous, il s'agit de faire de Mayoz.fr un espace de discussion entre les photographes et leurs potentiels acheteurs, un endroit chaleureux où les gens peuvent discuter de photo sans tabou et sans avoir peur de passer pour un "nul en art"
- La qualité des photographies : nous opérons une forte sélection à l'entrée, et ne figurent en boutique que les meilleures. Comme pour une vraie galerie ! C'est l'assurance pour les internautes de ne voir que de très belles photographies sur le Mayoz.fr

Mayoz 6Comment est venue l'idée ?
En voyant des photos d'un ami amateur, nous nous sommes dit qu'il avait le talent pour exposer et vendre ses photos. Et avons décidé de le faire ! De plus en plus de personnes s'équipent avec du matériel photo haut de gamme, et parmi ces personnes, certaines ont un véritable talent, un "oeil". Alors pourquoi ne pas leur dédier un site sur lequel exposer leurs œuvres ?

Quant au concept de concours pour faire émerger ce qui plaît le plus aux internautes, il existait déjà pour les Tee Shirts avec des sites comme LaFraise, MonsieurPoulet ou plus récemment l'excellent Decate. Nous nous sommes dit qu'il était parfaitement adapté aux photographies.


Mayoz4Le déclic pour se lancer

L'envie d'entreprendre nous démangeait depuis un petit moment. L'idée et les premières discussions autour du projet nous ont très vite emballées, et nous sommes partis bille en tête !

Mayoz 5Le temps que ça a pris
Nous avons eu besoin de 6 mois pour monter le projet. Une vraie course contre la montre pour lancer le site avant Noël ! Un grand merci, en passant, à notre développeurJulien Lehembre, et à l'agence ArtFeelsGood, qui a conçu l'identité visuelle du site.

jeux-interditsQui a cru en votre idée ?
L'idée est assez séduisante en soi, et a le mérite de facilement convaincre ! Notre entourage était assez enthousiaste sur ce projet. Cela dit, nous n'avons pas prouvé grand chose pour le moment, donc peut-être que tout le monde a tort de croire en nous !

Mayoz7Les premiers résultats. Ca démarre bien ?
Plutôt pas mal oui ! La période de Noël est propice à l'achat de photographies, certes, mais nous avons tout de même réussi à vendre une trentaine de photographies jusqu'à présent. Bien plus que ce que nous avions prévu !

Mayozplage-avenueEt aussi d'où vient le nom?

Je peux simplement vous dire qu'il y a un rapport avec la mayonnaise... Aucun avec la photo en revanche...!

 

 

Merci et bravo aux différents photographes dont j'ai "piqué" les photos pour cet article. Pour les voir mieux, en voir plus, rendez-vous sur Mayoz.fr

 

Un an après, le succès est au rendez-vous:  Mayoz au BHV

Repost 0
Published by Pichenette - dans Rencontres
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 17:18

 

Avant, je lisais. Tout simplement. Au moment de la rentrée littéraire, je lisais les critiques qui me faisaient envie et que je me dépêchais d’oublier. Quelques livres m’étaient prêtés, offerts. Les bibliothèques de toutes les villes où j’ai vécu ont toujours été mon  premier lieu de repère dans ces nouveaux environnements. J’allais fréquemment me promener en librairie et me laissait parfois tenter par un auteur, un titre, un coup de cœur de libraire. Je relisais. Bonheur simple.

J’étais organisée. Le livre du moment et sa tripotée de marque-pages, une pile à lire vite, une pile à lire bientôt, une pile à rendre à la bibliothèque, une pile à rendre à tel ou telle,  une pile à ranger. J’en surveillais la hauteur pour ne pas m’angoisser à l’idée de manquer de provision ce qui aurait risqué de provoquer une consommation accrue de chocolat pour compenser.

Et un jour funeste pour ma tranquillité, je suis devenue blogueuse. Quelle idée! J’ai commencé à lire d’autres blogues (je préfère l’orthographe de nos amis québécois), j’ai des aminautes. J’acquiers un nouveau vocabulaire. J’ai découvert que mon organisation de lectrice était couramment nommée PAL, soit « pile à lire ». Mais surtout, j’ai maille à partir avec mes LAL. Soit mes « listes à lire ». Palsembleu !

Ma tranquillité d’esprit a volé en éclats. Je suis perdue. Tous ces livres passionnants que mes aminautes me recommandent me font saliver. Mais je ne peux pas tous les acheter. Je ne veux pas les manquer, ils ont l’air si bien ! Donc je les note pour plus tard, pour quand je serai riche, pour quand j’aurai le temps, pour quand j’aurai fini ma PAL, pour le jour où je voudrai me faire plaisir. Je les transforme en LAL.

J’ai tout essayé. Je les copie sur des post-it, un cahier, un carnet, sur mon ordinateur, sur des feuilles. Il y en a une par aminaute, une par genre, une par mois. Je les oublie. Je les recopie. Je les collectionne. Je les empile. Je les perds. Je devrais être riche de mes LAL mais elles m’obsèdent. J’ai peur de les perdre, de ne pas savoir en tirer profit, de les laisser péricliter, je les compte, je les relis. Je ne sais plus comment choisir dans ces LAL, comment sacrifier celui-ci à celui-là.

femme+papiers

 

 

 

 

 

 

Lal? L’enfer... Lol !

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 19:47

Parle-leur-de-batailles...-Mathias-Enard1-154x300 Actes Sud, Août 2010

   Prix Goncourt des lycéens 2010

Un vrai succès de librairie, vendu à ce jour à 135 000 exemplaires.


Puisque ce sont des enfants, parle-leur de batailles, de rois, de chevaux, de diables, d'éléphants et d'anges, mais n'omets pas de leur parler d'amour et de choses semblables.

La citation initiale appartient à Kipling, dans l'introduction d'Au hasard de la vie.


Trois balles de fourrures de zibeline et de martre, cent douze panni de laine, neuf rouleaux de satin de Bergame, autant de velours florentin doré, cinq barils de nitre, deux caisses de miroirs et un petit coffre à bijoux: voilà ce qui débarque après Michel-angelo Buonarrotti dans le port de Constantinoplele jeudi 13 mai 1506. A peine la frégate amarrée, le sculpteur a sauté à terre. Il tangue un peu, après six jours de navigation pénible. On ignore le nom du drogman grec qui l'attend, appelons-le Manuel; on connaît en revanche celui du commerçant qui l'accompagne, Giovanni di Francesco Maringhi, Florentin établi à Istanbul depuis cinq ans déjà. Les marchandises lui appartiennent. C'est un homme affable, heureux de rencontrer le sculpteur de David, ce héros de la république de Florence.

Evidemment Istanbul était bien différente alors; on l'appelait surtout Constantinople; Sainte Sophie trônait seule sans la Mosquée bleue, la rive orientale du Bosphore était désolée, le grand bazar n'était pas encore cette immense toile d'araignée où se perdent les touristes du monde entier pour qu'on les y dévore. L'Empire n'était plus romain et pas encore l'Empire, la ville balançait entre Ottomans, Grecs, juifs et Latins; le sultan avait nom Bayazid, le deuxième, surnommé le Saint, le Pieux, le Juste. Les Florentins et les Vénitiens l'appelaient Bajazetto, les Français Bajazet. C'était un homme sage et discret, qui régna trente et un ans; il aimait tâter du vin, de la poésie et de la musique; il ne rechignait ni aux jeunes hommes, ni aux jeunes femmes; il appréciait les sciences et les arts, l'astronomie, l'architecture, les plaisirs de la guerre, les chevaux rapides et les armes tranchantes. On ignore ce qui le poussa à inviter Michel-ange Buonarrotti des Buonarrotti de Florence à Istanbul, même si le sculpteur jouissait déjà, en Italie, d'un grand renom. A trente et un ans, certains voyaient en lui le plus grand artiste du temps. On le comparait souvent à l'immense Léonard de Vinci, de vingt ans son aîné.

 

Voilà un petit (152 pages) roman savoureux au titre merveilleux. A partir de quelques éléments réels (l'invitation du sultan, les lettres de Michel-Ange à son frère, les plans de Sainte-Sophie envoyés à l'architecte du Vatican, le dessin d'un pont sur la Corne d'Or de Léonard de Vinci, l'esquisse Projet d'un pont pour la Corne d'Or attribuée à Michel-Ange entre autres), Mathias Enard brode et relate le séjour de Michel-Ange, ses rencontres, sa fascination pour Constantinople. Des chapitres courts, une ou deux pages, et la magie opére.


pont Michel-Ange pont Michel-Ange détail

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!