Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 07:00

 

 

 

Europe 57

 

 

 

Europe 2010

 

 

 

 

Source: internet

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 19:49

ne … pas, … pas, ne … 


La négation est composée de deux mots qui se placent de part et d’autre du verbe conjugué. Je ne t’aime pas.

A l’oral, on simplifie et on omet souvent la 1ère partie de la négation. Je t’aime pas, voire même: ch't'aime pas  


Mais savez-vous que certains verbes peuvent faire leur négation sans « pas » ? 


question vert

 


PouvoirJe ne peux vous renseigner.

      Je ne peux être à la fois au four et au moulin.

Oser: Je n’ose penser à elle.

      Ce qu’amour n’oserait prendre, l’amour ose le donner. 

Cesser: Il ne cesse  de se plaindre.

     Tant que tu ne cesseras de monter, les marches ne cesseront pas ; sous tes pieds qui montent, elles se multiplieront à l’infini. F. Kafka.

     Si c’est cher, ô sahib, tu pleures une fois ; si c’est bon marché, tu ne cesseras de pleurer. Proverbe indien.

Savoir + infinitif: Ils ne savent où aller.

     Bon sang ne saurait mentir.

     Ce chasseur ne sait chasser sans son chien.

Repost 0
Published by Pichenette - dans Français
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 14:52

Les blagues circulant sur internet recèlent parfois des pépites.

Si rien n'en garantit la véracité, rien n'interdit de s'en amuser!


Question bonus posée à un examen de chimie de l'université de Nanterre:

« L’enfer est-il exothermique ou endothermique ? »

(1 : évacue la chaleur ; 2 : absorbe la chaleur)

La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si un gaz se dilate, il se refroidit et inversement) ou ses variantes.

Cependant un étudiant eut la réponse suivante :

 

L'enfer 1

L'enfer 2

 

Cet étudiant est le seul ayant reçu la note 20/20

 

Source: Internet

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 08:52

David Foenkinos et son frère adaptent La délicatesse. 

LireFilm en avant-première , novembre 2011

Audrey Tautou incarnera la jeune veuve très courtisée de ce roman paru en 2009 chez Gallimard.

Pour son premier roman transposé sur grand écran, David Foenkinos a décidé d'écrire lui-même le scénario avec son frère Stéphane, directeur de casting, comédien et réalisateur d'un court métrage. Après de nombreux projets autour de ses précédents romans, jamais aboutis jusqu'à présent, l'écrivain a préféré tout prendre en main, y compris la réalisation.
Selon les informations du Film Français, La délicatesse sera en tournage dès le 7 mars.

Paru chez Gallimard en 2009, lauréat d'une dizaine de prix, le roman s'était vendu à 70 000 exemplaires, selon l'éditeur, et a été traduit dans 16 pays, soit le plus gros succès de l'auteur. La version poche, chez Folio, vient de paraître début janvier.
(Tirage 560 000 exemplaires toutes éditions selon Livres Hebdo)

Audrey Tautou incarnera Nathalie, jeune veuve courtisée par son patron et un employé suédois, respectivement interprétés par Bruno Todeschini et François Damiens. La sortie du film est prévue pour le premier semestre 2012.




David Foenkinos sera de retour en librairie le 2 mars avec un album illustré par Soledad Bravi, Le petit garçon qui disait toujours non (Albin Michel Jeunesse).

Source:Copié sur livreshebdo

 

Grâce à Asfodèle, j'apprends que Emilie Simon signera la bande-son. Merci pour l'info!

 

 

Pour La délicatesse, David Foenkinos, après avoir été sur la liste de tous les grands prix littéraires d'automne et n'en avoir obtenu aucun!!!, a obtenu au cours de l'année 2010 pas moins de 10 autres prix littéraires. Exploit!

Prix des lecteurs du télégramme

Prix littéraire des étudiants du Liban

Prix orange du livre

Prix du 7ième art (journées du livre et du vin)

Prix des écrivains dans le vent (Vannes)Prix An Avel (dans le vent)

Prix Gaël club

 

Je suis moins sure des prix suivants, ayant fait ma recherche sur internet et n'ayant pas recoupé les informations suivantes ... A suivre.

Prix conversation

Prix des dunes

Prix Jean-Pierre Coudurier

Prix Fnac riviera

La France adore les prix littéraires!

 

Lire aussi: David Foenkinos. La délicatesse. avec le florilège de l'entretien aux Ecrivains du sud, en 2009, dans lequel il expliquait déjà son désir d'adapter ce roman.  Coup de coeur.

 

Le prochain livre de David Foenkinos: Les souvenirs. 

David FoenKinos. Les souvenirs



Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 20:00

Il manque des mots à la langue française !

Notamment en matière de livres. Vous connaissez certainement ce mot qualifiant un livre qu'on ne peut pas laisser tomber, qui possède le talent de nous faire tourner les pages les unes après les autres, sans pouvoir s’arrêter : un page-turner. Seul problème : le mot est anglais ! Que dire en français ?

 

Mon aminaute Richard a eu la bonne idée de poser la question sur son blogue à tous ses lecteurs, et je le relaie à mon tour. Nous sommes tombés sur un os! Ne le laissons pas tomber!

 

Voici le résultat de mes cogitations, je ne deviendrai pas immortelle avec ceci, alors à votre tour maintenant.

Vous pouvez envoyer vos idées en cliquant sur le lien "écrire un commentaire" en bas de cet article, ou par un message personnel en cliquant sur le lien "contact" dans la colonne de droite.

 

Un tourneur de pages? Titre d'un film en 2006 link et ce n'est pas ça!

Un page-tourneur? Non, le français n'est pas une langue agglutinante, ça ne "colle"pas!

Un tourne-pages? Ca a un côté "objet" comme marque-page, ce qui marque mal!

Un tunirapatecoucher? Plutôt destiné aux animateurs d'émissions nocturnes.

Un ideleur? = I(mpossible) DE LE R(eposer) + eur. Parfois, il y a si peu d'idées...

Un sadeleur, un sadelier? = S(ans) A(rrêter) DE L(ire) + eur/ + ier. Un petit côté marquis de Sade .

Un haleineur? = qui nous tient en haleine. Inutile de favoriser les mauvaises blagues des critiques: achète donc des chewing-gums; il a mal digéré; j'en suis tombé dans les pommes, etc.

Un cheval blanc? Quel rapport? Aucun. Justement. Ca a du crin et du panache! Un peu de poésie dans ce monde de brutes. Ah oui, mais les chiennes de garde voudront le féminiser et une jument blanche, c'est moins caracolant.

Un captivreur? = un livreur de livres captivant. Du latin captivare. Séduire, gagner et retenir prisonnier dans un sens figuré ancien.

Un captiveur? Peut donner lieu à de jolis virelangues: un captivant captiveur caprican capture captieusement le capricieux captal..

Un croque-auteur? Comme un croque-monsieur mais avec un filet d'anchois pour rappeler l'encre du stylo. Et un croque-lecteur? Avec des litchis pour rappeler les yeux des lecteurs!

Un avalauteur? Un auteur qu'on avale. S'amuser avec le préfixe ava: avalire, avalivre, avalecteur.

Un pagealeur? = avaleur de pages. Difficile à dire et à lire.

Un pageleur? Une pageleuse? Peut se décliner en verbe: pageler.

 

A vous!

 

Participez à WikiLF! 


Repost 0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 00:01

 

Le mariage est l’union de deux personnes, une qui oublie toujours les anniversaires, l’autre jamais. Ogden Nash.

 

 

 

              mariésPeynet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 an : coton

2 ans : cuir

3 ans : froment

4 ans : cire

5 ans : bois

6 ans : chypre

7 ans : laine

8 ans : coquelicot

9 ans : faïence

10 ans : étain

11 ans : corail

12 ans : soie

13 ans : muguet

14 ans : plomb

15 ans : saphir

16 ans : cristal

17 ans : rose

18 ans : turquoise

19 ans : cretonne

20 ans : porcelaine



 

 

 

 

21 ans: opale

22 ans: bronze

23 ans: béryl

24 ans : satin

25 ans : argent

26 ans : jade

27 ans : acajou

28 ans : nickel

29 ans : velours

30 ans : perle

31 ans : basane

32 ans : cuivre

33 ans : porphyre

34 ans : ambre

35 ans : rubis

36 ans : mousseline

37 ans : papier

38 ans : mercure

39 ans : crêpe

40 ans : émeraude

41 ans : fer

42 ans : nacre

43 ans : flanelle

44 ans : topaze

45 ans : vermeil

46 ans : lavande

47 ans : cachemire

48 ans : améthyste

49 ans : cèdre

50 ans : or

 

 

 

 

 51 ans : camélia

 52 ans : tourmaline

 53 ans : merisier

 54 ans : zibeline

 55 ans : orchidée

 56 ans : lapis-lazuli

 57 ans : azalée

 58 ans : érable

 59 ans : vison

 60 ans : diamant

 61 ans : platane

 62 ans : ivoire

 63 ans : lilas

 64 ans : astrakan

 65 ans : palissandre

 66 ans : jasmin

 67 ans : chinchilla

 68 ans : granit

 69 ans : mélèze

 70 ans : platine

 75 ans : albâtre

 80 ans : chêne

 vieux couple

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 14:00

Mémoires de la jungleGallimard. Avril 2010

Sélection du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud 2011

Prix biennale du livre d'histoire 2012


CRASH

- Le singe se réveille - La navette s’est écrasée sur une rive déserte du continent africain

DE LA JUNGLE

Quand j’ai ouvert les yeux, ma chemise blanche était toute tâchée. J’ai pensé : Oh non non non. Janet est très fâchée. Doogie, tu ne sais pas te tenir. Ma grande main j’ai posé sur le crâne et j’ai fait : Ouille, ouille, ouille, parce que Doogie avait mal au cou, au ventre, aux très grands pieds, aux deux genoux.

Doogie, j’ai dit à toi-même, tu es coincé complètement dans le petit cabinet ? Le mur de métal qui brille est découpé comme par un ouvre-boîte de conserve, une poutre qui a la couleur des yeux de Janet quand il fait soleil a traversé le plafond, elle est tombée à deux doigts de Doogie de mes jambes. Oh, heureux, très heureux que Doogie ait de telles petites jambes ! J’ai tant d’effroi. Haooooounh ! Je tambourine contre la boîte cabossée de la pharmacie à la croix verte qui soigne en tôle et en argent, je pousse un cri, deux cris.

(     )

Doogie a très mal jusqu’au cerveau ! Il lève l’autre main couverte de tâches d’huile de rousseur, mais hi hi hi c’est trop court. Doogie remue aors tous les doigts les une après les autres dans le vide. Ce n’est pas la peine ! Doogie seul, Doogie tout seul, Doogie abandonné va au Paradis qui n’existe pas.

 


J'ai eu un mal fou à venir à bout de ce glabou-glabouillis ! Le parti-pris de l'auteur d'inventer la langue approximative du singe rend la lecture difficile et fastidieuse.

Et pourtant quel travail: au fur et à mesure que le singe redevient sauvage, sa parole régresse! Et pourtant la quatrième page de couverture semblait très alléchante. Le sujet passionnant. Dommage!

Le narrateur de ce roman, Doogie, est un jeune chimpanzé (Pan troglodytes troglodytes).

Le sol du continent africain, dévasté par des guerres, des famines et une vague de pollution chimique, a été laissé expérimentalement en jachère. Partout ailleurs, l'espèce humaine s'est retranchée dans les villes et à l'intérieur de vastes stations orbitales. Un immense zoo près du lacVictoria accueille scientifiques et étudiants afin d'observer la faune préservée...

C'est là que Doogie a été élevé, dans une famille de chercheurs, en compagnie de deux enfants : Donald et sa soeur, la bien-aimée Janet. Tout autour, à perte de vue, la jungle de jadis a repris ses droits.

Singe génial et attachant, Doogie a appris à parler-à l'aide du langage des signes, d'écrans tactiles et de lexigrammes - un dialecte baroque et rapiécé.

Son récit commence alors que Doogie revient d'un long voyage en orbite. Après le naufrage de son vaisseau sur un rivage désertique de la côte africaine, le singe civilisé se retrouve seul, perdu dans la jungle. Pour rejoindre Janet et son foyer d'enfance, il devra affronter le monde sauvage, et se dépouiller peu à peu de sa " fidélité à l'humain ", quitte à redevenir un animal...

 

Biographie de l'auteur

Né en 1981, Tristan Garcia enseigne la philosophie.

Il est l'auteur de La meilleure part des hommes, prix de Flore 2008.

En mars 2011, il publiera un essai Le Droit des animaux, chez François Bourin, sur les rapports entre les hommes et les animaux, notre conception morale de l'animalité.

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 11:02

  Perrignon les-chagrinsStock, août 2010.

Sélection du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud 2011

Entretien des Ecrivains du sud, le 18 Novembre 2010. 


Pour un premier roman, c’est un coup de maître. 

 Le souvenir en résonne bien après la dernière page refermée.


Mais Judith Perrignon n’en est pas à son premier essai en littérature.

Après des études de journalisme, elle travaille dans la presse écrite. Puis pendant plusieurs années, elle dresse des portraits pour la dernière page de Libération. « … des voix ! ». Elle est actuellement collaboratrice à XXI et Marianne.

Elle a également écrit plusieurs ouvrages à 4 mains. « Les livres en collaboration sont un sas entre le journalisme et l’écriture romanesque ». Elle travaille actuellement sur un livre en collaboration avec Eva Joly, « une femme qui a des choses à dire ». Lire:  Les yeux de Lira. Eva Joly, Judith Perrignon

« C’est un grand moment de liberté d’écrire un roman ou un journal.

 


J’avais en tête cette Petite Roquette, une prison de femmes devenue un jardin public où rient des enfants, où j’ai emmené les miens. J’ai pensé à la démolition en 1973, le chantier de l’oubli. Avec mes réflexes de journaliste, j’ai fait des recherches, mais l’administration pénitentiaire n’a plus rien.

Des gravats, j’ai voulu faire émerger des voix. J’ai construit ce roman en spirale de chagrin ajouté, vers une résolution apaisée.

C’est la quête d’une mère, celle du père est moins évidente. Ce n’est pas dit au début ».

 

Le roman débute ainsi dans les décombres et le souvenir de cette prison.

Il n’y a plus de trace de rien là-bas. On a déversé des tonnes de sable, vissé des balançoires, planté des arbres et décrété l’insouciance. Les enfants ne semblent pas savoir ce que c’est qu’attendre. Leurs mères les regardent, un sac plein de gâteaux et d’habitudes posé juste à côté d’elles, on dirait qu’elles s’ennuient, qu’elles n’ont d’autres choix que d’être là, à heure fixe, entre l’école et le repas. Regarde-moi ! dis, regarde-moi ! leur crie l’enfant. Mais qui surveille qui sur l’aire de jeux ?

Là-bas, la mémoire complote. Les chemins serpentent. Le terrain fait de vagues. Le toboggan est habillé d’une tour qui ne guette plus rien. Le pigeonnier ressemble à un mirador. Le grillage court autour des pelouses interdites. Alors, assise sur un banc à l’écart, j’ai cherché une prison sous le sable, un très haut mur sous les arbres, j’ai guetté Helena dans un square, comme avant, comme quand j’étais petite. Et plus le temps passait, plus j’entendais la Roquette, petite Roquette, prison de femmes sur laquelle des gamins jouent. C’est là qu’elle s’est éteinte et là que je suis née. Je ne le savais pas, je l’ai lu dans les lettres de Mila.

(     )

Tu dois être plus heureuse que moi, Helena, parce qu’un jour il faut que ça s’arrête le mauvais sort. Ils vont détruire la Petite Roquette, c’est écrit sur un panneau au-dessus de la porte. Un jour tout le monde aura oublié ce qu’il y avait là, sauf toi et toutes celles qui y sont passées. Mais ta mémoire ne doit pas être une autre prison.

 

 

Dans les années 70, Helena a commis un braquage avec un homme. elle a été arrêtée, l’homme est parti. Elle a accouché, en prison, à la petite Roquette. Sa peine purgée, elle sort, et retrouve sa fille Angèle dont elle s’occupe sans amour, murée dans l’orgueil de son amour enfui.

Angèle, chaque centimètre que vous preniez disait le temps qui passe, le silence qui dure et l'amant qui ne reviendra pas.

(     )

Je vous ai vue courir derrière elle, le nez à hauteur de ses cuisses qui marchaient en ayant l’air de fuir. Comment vous dire, Angèle ? Je n’ai jamais oublié cette image. Depuis que  nous nous voyons, c’est comme si je vous avais toujours connue et ne faisais que vous retrouver.

 

Ce récit à voix croisées retrace l’histoire des trois femmes, grand-mère, mère, fille et dessine le portrait en négatif d’une amoureuse figée dans le souvenir de cet amour. « Angèle cherche sa mère, la femme amoureuse, a besoin de comprendre le couple, pourquoi cet homme est parti, pourquoi la mère s’est murée dans cet amour. »

 

 

On entend la voix de tous sauf celle du personnage central Héléna qui ne parle pas ou peu. Tous tentent de la cerner, de la décrire, de la trouver. Tous l’éclairent à travers leur propre histoire.

Je vends des jouets anciens dans l’allée numéro 7, marché Vernaison, aux puces de Saint Ouen. Je m ‘appelle Angèle, je vis parmi les trains, les canots à bassin, les poupées, les soldats, les robots, les animaux. C’est une drôle de vie, les jouets vous font croire qu’elle ne fait que commencer mais ils sont si vieux que tout a déjà l’air terminé. Je me lève tôt. Je parcours les salles des ventes, les salons, et j’entre chez des gens qui débarrassent leurs maisons des souvenirs. Ca m’emmène loin parfois. Je voyage. Je ramasse la vie des morts. Mais j’ai choisi ce qu’ils laissent de plus beau, ce temps pas toujours tendre, où l’on disait en chuchotant ou en criant, Je veux maman.

Moi c’était en chuchotant.

 

 

Lettres, petites annonces, confessions, journal intime: les genres s’entremêlent.

« La place des lettres dans ce roman est importante. Pas des lettres trouvées, des lettres écrites. J’ai gardé en mémoire des rencontres, des portraits de mes années à Libération. J’ai essayé d’imaginer une femme seule de 50 à 60 ans, avec un bébé qui dort dans la pièce à côté et sa fille en prison. Elle pense aux femmes et à leurs destins. Les filles d’aujourd’hui ne seront peut-être pas plus heureuses mais elles auront plus d’air. Elle voit le temps passer. Elle lui parle en tant que mère, en tant que femme, elle est parfois en colère ».

Qu’est-ce que tu crois, Héléna, que tu es la première à souffrir?  la première qu’on abandonne ? Relève-toi, s’il te plaît ! regarde autour de toi, tu es certainement la plus jeune de celles qui t’entourent, tu n’as encore rien vu, d’autres bonheurs, d’autres chagrins t’attendent, relève-toi !

(     )

16 novembre 1969

Aujourd’hui Angèle a deux ans.

Elle mesure 84 centimètres et je voudrais qu’elle ait grandi tout autant dans ta tête et dans ton cœur.

 (     )

J’écris dans le désordre, j’écris parce que, ensuite, tu ne me laisseras pas te parler, te dire ma joie, les larmes qui me viennent à l’idée qu’enfin tu sois dehors, l’envie que j ‘ai de te serrer dans mes bras. Je n’oserai pas de toute façon, je n’oserai plus. J’écris parce que je n’ai que cela, parce qu’il faut que tu viennes pour Angèle. Je mets le photomaton dans l’enveloppe. Je sais bien qu’elle sera sous tes yeux le rappel à vie d’une absence, mais elle n’y est pour rien. Regarde-la plutôt comme la preuve que c’est arrivé, que cet homme qui s’est enfui t’a un jour aimée.

Helena, si tu reviens, c’est pour Angèle, sinon ne reviens pas.

 

Mila

 

Ce roman remarquablement bien construit, à l’écriture achevée, où rien n’est laissé au hasard m’a énormément émue. 
 

« J’écris très très doucement, pas à pas, je relis à haute voix, je cherche les mots.  Les écrivains que j’aime ont des écritures musicales. »

 

 

 

 Bibliographie

Mauvais génie, co-signé avec Marianne Denicourt, Stock, janvier 2005. link

C'était mon frère, éditions l'Iconoclaste, 2006. Version poche, Folio, juin 2009. link

La Nuit du Fouquet's, co-signé avec Ariane Chemin, Fayard, 2007. link

Lettre à une mère, avec René Frydman, éditions l'Iconoclaste, mai 2008.

Les Secrets des mères, avec René Frydman, éditions l'Iconoclaste, mai 2008. link 

L'Intranquille, co-signé avec Gérard Garouste , 2009, éditions l'Iconoclaste. link


 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 01:00

 

 

Europe 57

 

 

 

 

Europe 2010

 

 

 

 

Source: internet

Repost 0
Published by Pichenette - dans Divers
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 13:02

 

Nom d'une pipe! Ciel! Blake! 

 

Dictionnaires français- anglais des expressions courantes, Jean-Loup Chifflet, Mots et Cie.



Grâce à la complicité du célèbre tandem Blake et Mortimer, voici le principe:

Prendre un mot français, normal, au sens propre ou au sens figuré suivant la saison et les arrivages.

Chercher sa traduction littérale. Si l'on en trouve plusieurs, faire un choix arbitraire.

Introduire ce mot dans une locution courante (proverbe, expression familière ou officielle, citation, etc.) Si l'on aime les plats relevés, ne pas hésiter à parsemer d'argot.

Traduire en anglais la locution entière mot à mot sans oublier l'expression anglaise "officielle" correspondante. Napper de sauce à la menthe. Servir.

 

Name of a pipe! Sky! Mortimer!   

   

 English-french dictionarys of running idioms, John-Wolf Whistle, Words and C°.


Retournez le livre, ouvrez-le dans l'autre sens, et c'est la même recette à deux variantes près.

Prendre un mot anglais (     )

Saupoudrez d'ail. Servir.


Le mot à mot, érigé en principe, recèle des trésors d'absurdité et de drôlerie. Fou-rire garanti!

Cerise sur le gâteau: les deux dictionnaires sont illustrés par des bulles extraites des célèbres BD de Blake et Mortimer.

Deux ouvrages irrésistibles.  A partager en famille. A offrir à vos proches

 

 

Jean-Loup Chifflet (John-Wolf Wistle)

Linguiste, chroniqueur et éditeur (Mots et Cie, Chiflet &Cie)

Homme de mots bourré d’humour, passionné par les expressions idiomatiques, les nuances, les difficultés grammaticales et les aberrations de la langue française, Jean-Loup Chiflet a le souci d'instruire en s'amusant.

Il est l’auteur de Sky my husband, le Mokimanké, le Dictionnaire des mots qui existent enfin, le Dictionnaire des mots qui n’existent pas, et tant d’autres…

« J’aime la langue pour des raisons qui me sont inconnues, j’aime jouer avec les mots mais je n’ai jamais fait d’études littéraires, c’est pour cela que le terme de « grammairien buissonnier » me semble assez juste. Je participe régulièrement à des débats avec de vrais linguistes, (     ) . J’aime et j’admire ce que font ces spécialistes, mais je ne suis pas « professionnel » comme eux. En revanche je pense que nous sommes assez complémentaires, je fais souvent office de clown en quelque sorte ! » (extrait d'un entretien avec l'auteur, Radio-France, mars 2005)

 

Repost 0
Published by Pichenette - dans Lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!