Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 17:29

homme lit hébreu

 

 

 

 

 

 

 

  Les liaisons ou enchaînements

  sont un réel casse-tête:

  la meilleure façon d'apprendre ... 

  c'est de parler!       

 

 

 

 

 

 

 

 mal tete chien1.      Enchaînement vocalique

Un mot finit par une voyelle , le suivant commence par une voyelle ; on passe de l'une à l'autre sans interruption.

Pas de limite au nombre d’enchaînements.

L’associéaccepte ; l’associé(e)accepte ; Les associé(s)acceptent  ; Votre associéétudie le projet ? ; Tua(s)euune idée brillante ; Un vent violent aabîméun bâtimen(t)en construction.

 

  mal de tete dessin 2.     Enchaînement consonantique

Un mot finit par une consonne prononcée, le suivant commence par une voyelle ; on forme une seule syllabe.                                                Pas de limite au nombre d’enchaînements.

La terr(e)est mouillée ; Il ser(t)un café ; Le murest mouillé ; J’accept(e)immédiatement ;   Ce livr(e)est passionnant ; Jeann(e)entr(e)avecun(e)amie  ;  Achèt(e)une cafetièr(e)électriq(ue)au supermarché.

 mal tete bébé           3.     Liaison

Un mot finit par une consonne muette, le suivant commence par une voyelle ; on prononce la consonne muette avec la voyelle .

Ex : Ils arrivent  = il Zarrivent (mais : ils partent)

 

     3.A       Liaison obligatoire

  •  Mots composés, groupes figés : Les Etats-Unis = Lé ZEta(t) ZUnis ; De plus en plus = de plu Zen plus
  • Avant le nom, entre prépositions, déterminants, adjectifs, et noms :  Chez Alice = ché ZAlice ; Des idées = dé Zidées ; D’autres idées = d'autre Zidées ; chez un excellent copain = che Zun Nexcellent copain
  • Adverbes courts (1 syllabe), adjectifs : Très intéressant = trè Zintéressant
  • Avant le verbe, entre pronoms, subordonnants et verbes : Ils arrivent = il Zarrivent ;  Il est très apprécié = i Lest trè Zapprécié.
  • Pronom inversé et verbe : Prends-en = pren(d) Zen ; Arrivent-ils = arriv(en) Tils??     
  • Après « être » ou « avoir » à la 3ème personne : Elle est amusante = el Lest Tamusante ; Ils sont heureux = ils son T(h)eureux Quand ils en étaient contents = Quan Til Zen Nétaient contents ; Ils ont accepté = il Zon Taccepté ; Ils sont entrés = ils son Tentrés ; C’est un ami = C'est Tun Nami ; C’est intéressant = c'est Tintéressant

 

     3.B.     Liaison interdite

  •  Entre groupes différents : Le temps est beau; Louis et Paul ( pour ne pas dire: Louis est Paul!) ; L’un ou l’autre

        A l’intérieur d’un groupe,

  • après un nom : du chocolat amer
  • après un verbe ordinaire : Je bois un peu d’eau ; Il prend un parapluie
  • après verbe- pronom : Va - t’on accepter ? ; Prends-en assez
  • après « et », « selon », « sinon » : Mon frère et  une amie (pour ne pas dire: mon frère est une amie!) ; Selon  un spécialiste
  • après adverbes longs et interrogatifs : Vraiment  intéressant; Quand  irez-vous à Paris ?
  • avant un « H aspiré », il faut alors un enchaînement vocalique : Le(s H)alles ; de(s h)éros (pour ne pas dire: des zéros!) ;   En (h)aut 

    

    3.C.     Liaison facultative

        Style familier: pas de liaison, un enchaînement.

       Style plus soutenu : liaison. Ces liaisons tombent peu à peu en désuétude.

Vous ave(z) obtenu. Vou Zave Zobtenu. Eu(x) aussi. Eu Zaussi. Deu(x) ou trois. Deu Zou trois. Pa(s) avant. Pas Zavant.

Ils devienn(ent) indiscrets. Ils deviennen Tindiscrets. Elles on(t) attendu. Elle Zon Tattendu.

Il jonglai(t) en parlant. Il jonglai Ten parlant. Je sui(s) étranger. Je sui Zétranger.

Ils son(t) arrivés. Ils son Tarrivés. Pa(s) encore. Pa Zencore. Vou(s) aussi. Vou Zaussi.

 

mal tete femme 

 

  « J’ai pris ma vie en haine et ma flamme en horreur ». 

     Racine (1639-1699.) Phèdre.(acte I, scène 3)

Partager cet article

Repost 0
Published by panoramas.over-blog.fr - dans Français langue étrangère
commenter cet article

commentaires

pyrausta 19/06/2010 21:43



je le lirai.merci



Pichenette 19/06/2010 21:49



Quand tu le liras, pense qu'elle était en cours de français depuis quelques mois avec moi!



pyrausta 18/06/2010 22:30



ouf!!! je ne suis pas la seule à penser cela alors!



Pichenette 18/06/2010 23:51



Oh! non! 


As-tu le le texte "j'ai vingt et un an" d'une de mes étudiantes à ce sujet? 


Tu le trouveras dans ce billet: http://panoramas.over-blog.fr/article-casse-tete-48275314.html


Elle en parle avec un grand humour.



Mrleroux 17/06/2010 13:06



Un véritable cauchemard pour moi que ces liaisons incertaines... Jamais au grand jamais je ne m'y ferais : le pire dans cette histoire c'est que je suis maintenant libraire, et que j'aime les
livres comme certains aiment leurs femmes...



Pichenette 17/06/2010 16:01



Non pas incertaines,


mais facultatives, possibles, au choix, comme tu veux, suivant ton désir, à ta guise, selon ton bon vouloir, et puis m...je dis comme je veux!!!



L'Autre! 15/06/2010 19:28



C'est simple comme bonjour! dans le sud on prend le temps de dire le mot en entier, tandis qu'à Paris les gens trop pressés néglige la lettre s pour moins. trop préssés les genss de la capitale,
ceuss qui vivent à Pariss.


D'autre explications existent: Avant tout le monde disait moinss, C'est un mot pour être entendu haut et fort: Oh! j'en ai moinss que toi! Maintenant on dit moins peut-être par timidité. Et puis
il y a eu l'effet de mode; un excentrique a décidé un jour de dire moins pour faire style à la place de moinss. A la cour les jet setteur de l'époque trouvaient que cela faisait classe, moins
provinciale.


 



Pichenette 17/06/2010 15:56



J'adore tes explications. Ma préférée , c'est celle du timide qui n'ose prononcer le S... Nos sérieux linguistes devraient te consulter...



GERARD21 15/06/2010 19:05



Enfin de la clarté sur cette question des liaisons. En réalité j'ai l'impression que je fais des liaisons par réflexe et je suis totalement incapable de citer des règles claires. Alors ton
article comble ce vide. Un grand merci donc.


Il serait amusant de décrypter certains anciens discours de Chirac qui poussait à mon avis un peu loin la pratique des liaisons, à tel point que cela a inspiré certains comiques. Peut-être
était-ce une façon de gagner du temps de réflexion ou de prise de recul ? En tout cas je trouvais cela totalement ridicule.


Sais-tu pourquoi dans certaines régions ou dans des pays francophones autres que la France on dit par exemple : les gensss ou moinsss ? J'avoue que je me suis posé plusieurs fois la question,
sans trouver la réponse bien sûr !



Pichenette 17/06/2010 15:43



Bonjour Gérard. En tant que Français, nous sommes bercés dans la musicalité de la langue et heureusement que nous ne réfléchissons pas aux règles quand nous parlons. Cependant, je crois qu'il
nous arrive à tous des hésitations sur certaines liaisons facultatives.


Concernant Chirac, son phrasé lors de ses discours était tout à fait particulier: il faisait des liaisons mais après une pause entre les 2 mots. Le temps de la réflexion? Tu as peut-être raison.


Quant à ta question, je n'ai pas la réponse. Sans doute des particularités régionales, comme on en trouve partout, que ce soit pour les accents, mots ou tournures.



Présentation

  • : Panoramas
  • Panoramas
  • : Mes lectures. La langue française. Français langue étrangère.
  • Contact

Profil

  • Pichenette
  • Professeur de français langue étrangère.
Coach en orthographe.
Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.
  • Professeur de français langue étrangère. Coach en orthographe. Jurée du prix des lecteurs des Ecrivains du Sud.

Vous Cherchez Un Article?

Je Classe Autrement!